•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vergers de la région contraints de se plier au contexte sanitaire

Des pommes sur un arbre

Les pommes du verger Barry, à Saint-Anne-de-la-Pérade.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que les vergers de la région connaissent une des fins de semaine les plus achalandées de l’année, ils ont dû s’adapter à la vitesse grand V après avoir reçu, vendredi, une note de la Santé publique les incitant à ne pas admettre plus de 250 personnes en même temps sur leur site.

Le verger Barry, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, a ainsi dû faire preuve d’ingéniosité et mettre en place rapidement des mesures pour limiter le nombre de cueilleurs.

Un espace tampon a été aménagé en bas du site, où les visiteurs attendent dans leur véhicule que d’autres aient terminé. Des employés font ensuite le décompte et permettent aux gens d’entrer.

On a mobilisé du personnel supplémentaire, on s'est fait tout un système. On a mis toute une équipe, un commando spécial en bas pour faire un espace d'attente pour compter le nombre de personnes, explique Monique Landry copropriétaire du verger Barry.

une file de voitures

La zone tampon imaginée par le Verger Barry à Saint-Anne-de-la-Pérade.

Photo : Radio-Canada

De plus, les espaces de jeu sont maintenant fermés, et les tables à pique-nique ont été rangées.

Une activité qui reste populaire

Sur leur page Facebook, les copropriétaires ont même dû faire une note explicative pour faire connaître la nouvelle mesure et inviter les gens à venir en semaine, après le travail, ou la fin de semaine tôt le matin.

Car les règles sanitaires n’ont pas fait baisser la popularité de cette activité automnale.

Les visiteurs qui étaient sur place en ont profité pour remplir leurs sacs de pommes en famille, sans pouvoir toutefois s'éterniser sur les lieux. Ça a bien été, on a essayé d'arriver tôt pour éviter que ça refoule, explique l'une d'entre eux.

L’autocueillette est encore possible jusqu’à la fin du mois d’octobre si le gel au sol ne dépasse pas les moins 2 degrés.

D'après le reportage de Sarah Désilets-Rousseau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !