•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chasse à l'orignal dans la réserve faunique La Vérendrye : des chefs autochtones rencontrent le ministre

Des policiers discutent devant un barrage érigé par des communautés autochtones.

Les membres des communautés de Lac-Barrière, Kitigan Zibi et Kitcisakik réclament un moratoire de cinq ans sur la chasse à l’orignal dans la réserve faunique La Vérendrye.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada

Deux chefs des communautés autochtones habitant la réserve faunique La Vérendrye ont rencontré le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, samedi après-midi, dans l'espoir de trouver une entente dans le dossier de la chasse à l'orignal.

Ils s'attendent à recevoir une proposition concrète du ministère au cours des prochains jours en réponse à leur demande de moratoire sur la chasse de cet animal. Ils s'inquiètent du déclin de la population d'orignaux et souhaiter l'augmenter.

D'ici là, ils vont maintenir le blocus à l'entrée des camps de chasse.

Si on ne fait rien aujourd'hui pour l'orignal, est-ce qu'on va l'avoir pour les dix prochaines années? s'est demandé le chef de Kitcisakik, Regis Pennosway, soulignant que cet animal fait partie de l'alimentation de son peuple. Ou est-ce qu'on demande un moratoire ou on trouve une autre façon? On peut être gagnant des deux côtés, qu'on soit Autochtone ou un chasseur sportif allochtone.

Le cabinet du ministre Dufour s'est dit satisfait de la teneur des discussions, qui doivent se poursuivre lundi. Le directeur des communications du cabinet, Carl Charest, a toutefois affirmé qu'un moratoire sur la chasse à l'original n'est pas une option.

Avec les informations d'Ismaël Sy et Alexia Martel-Desjardins

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !