•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pointe-Verte prend des mesures pour contrer l’exode de sa population

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Enseigne qui souhaite la bienvenue à Pointe-Verte, « village paisible ».

Pointe-Verte, au Nouveau-Brunswick, aimerait convaincre les retraités, en particulier, de rester.

Photo : Radio-Canada / François Lejeune

Radio-Canada

Pointe-Verte, dans le nord du Nouveau-Brunswick, a perdu plus du tiers de sa population au fil des ans. Pour renverser cette tendance, la municipalité propose des mesures pour encourager la construction sur son territoire.

Le petit village côtier compte un peu moins de 900 habitants.

L’exode des jeunes, qui déménagent pour leurs études et dans bien des cas ne reviennent pas, est un phénomène connu dans plusieurs milieux, mais un autre défi existe depuis quelques années à Pointe-Verte.

Les personnes âgées, surtout, déménagent, dit le maire, Normand Doiron. Ils n’ont plus les capacités d'entretenir leur maison. Ça fait qu’ils s'en vont à l'extérieur, puis la population diminue tout le temps.

Le maire de Pointe-Verte, Normand Doiron, avec le lac du Parc Atlas en arrière plan.

Le maire de Pointe-Verte, Normand Doiron, en juin 2020.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Pour stopper l'hémorragie, la municipalité propose un programme pour encourager la construction. On offre entre autres des allègements financiers sur les services essentiels et un remboursement partiel de l'impôt foncier : 75 % de la valeur de leur facture d'impôt pour la première année, 50 % la deuxième année et 25 % la troisième année, précise le maire Doiron.

Ce que M. Doiron souhaite surtout, c’est la construction d'immeubles à logements. Ces immeubles pourraient accommoder les retraités qui songent à quitter Pointe-Verte, et attirer, espère-t-on, de nouveaux résidents.

Charles Roy, un entrepreneur néo-brunswickois, connaît bien le phénomène. L’homme d’affaires qui possède une centaine d’appartements dans la région a récemment entrepris la construction de trois immeubles à Nigadoo. Il a choisi cet endroit en raison des mesures incitatives financières qui y sont offerts et pour répondre à un besoin : 90 % de ses locataires, dit-il, sont retraités.

Les mesures proposées à Pointe-Verte sont justifiées, croit M. Roy. C’est bien. Ce sont de bonnes initiatives. Par contre, ce n’est pas le seul village ou ville qui l’offre, dit-il.

Le maire de Pointe-Verte, Normand Doiron, espère que les mesures incitatives sauront convaincre les entrepreneurs d’y investir.

D’après le reportage de François Lejeune

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !