•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voix s’élèvent pour réclamer un meilleur financement des parcs de la C.-B.

Des gens prennent le soleil au Lac Alouette dans le parc provincial Golden Ears en C.-B.

BC Parks gère l'un des plus grands réseaux de parcs en Amérique du Nord avec plus de 1034 parcs et aires protégées (archives).

Photo : Noémie Moukanda

Radio-Canada

Augmenter le financement des parcs de la Colombie-Britannique devrait être une priorité pour les dirigeants politiques en vue de l’élection provinciale du 24 octobre, estiment des acteurs du milieu du plein air.

Selon eux, l’été chargé a exposé les conséquences d'années de négligence.

Les Britanno-Colombiens ont afflué vers les parcs locaux en partie à cause des restrictions de voyage liées à la COVID-19 et un afflux de campeurs a surchargé le nouveau système de laissez-passer journaliers de BC Parks.

Par conséquent, disent-ils, des randonneurs se sont redirigés vers des installations inadaptées pour les recevoir en grands nombres, ce qui aurait endommagé certains sentiers en raison d'une utilisation excessive.

Un budget inadapté

Le directeur général de la Fédération des clubs montagnards de la Colombie-Britannique, Barry Janyk, affirme que le budget de 40,6 millions de dollars de BC Parks n'est pas suffisant pour entretenir et construire de nouveaux sentiers afin de disperser le nombre croissant de visiteurs.

Ce que nous constatons, ce sont les résultats de l'absence d'investissement dans le réseau des parcs provinciaux au cours des 20 dernières années.

Barry Janyk, Fédération des clubs montagnards de la C.-B.

Certains groupes de conservation ont déclaré que la province devait investir 60 millions de dollars supplémentaires si elle comptait garder les zones de nature sauvage intactes pour les années à venir, ajoute M. Janyk.

Il ne pense pas que ce montant soit déraisonnable.

Des parcs chroniquement sous-financés

Le budget de 2019 des parcs régionaux du Grand Vancouver s'élève à 42,6 millions de dollars pour 23 parcs régionaux, cinq voies vertes, deux aires de conservation écologique et deux réserves de parc régional.

Avec 40,6 millions de dollars, la BC Parks gère l'un des plus grands réseaux de parcs en Amérique du Nord, composé de plus de 14 millions d'hectares et 1034 parcs et aires protégées.

M. Janyk dit que le système de réservation de laissez-passer journalier, qui, selon la province, a coûté 900 000 $, a été une occasion manquée. Il dit que l'argent aurait été mieux dépensé pour créer et entretenir plus de sentiers pour mieux disperser les foules.

Deux randonneurs marchent le long d'un sentier en forêt dans le parc provincial Manning en Colombie-Britannique.

Des randonneurs dans le parc provincial Manning en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Les randonneurs incapables d'acquérir des laissez-passer journaliers dans des zones populaires ont plutôt planifié des voyages de dernière minute dans des zones voisines qui n'étaient pas préparées à gérer un volume accru, selon Barry Janyk.

Ça a également entraîné davantage d'appels aux équipes de recherche et de sauvetage de la part de randonneurs non préparés pour les terrains accidentés, a-t-il ajouté.

Citant l'élection, la province a refusé de dire si le système de laissez-passer serait de nouveau mis en œuvre l'été prochain ou si elle s'engageait à augmenter le financement de BC Parks.

Dans un courriel, le Parti vert dit que BC Parks a été chroniquement sous-financé et la formation politique appuie l'idée d’une augmentation du financement.

Le candidat libéral pour West Vancouver-Sea to Sky, Jordan Sturdy, a déclaré qu'il était aussi en faveur d'un meilleur financement des parcs, mais a refusé de donner un chiffre précis.

Le système est sous-financé, a-t-il déclaré. Il faut un gros investissement.

Avec les informations d'Andrea Ross.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !