•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves de Whitehorse ont des sentiments mitigés face aux demi-journées d’école

Deux jeunes dont celui de gauche porte un masque coloré et une casquette.

Chris Murrant et Devyn Rollins ne sont pas du même avis concernant les demi-journées de cours.

Photo : Radio-Canada / Laura Howells

Radio-Canada

Après un mois de demi-journée de cours, des élèves de l’école secondaire de Whitehorse sont tantôt anxieux, tantôt convaincus par le nouvel emploi du temps induit par la pandémie. Le ministère de l’Éducation enverra un sondage pour savoir si ce modèle doit être poursuivi en novembre.

C’est amusant, mais c’est un peu nul, reconnaît Mackenzie Keefer, une élève en 10e année à l’école secondaire F.H. Collins. Elle explique que cela lui est difficile de ne pas pouvoir demander de l’aide aux enseignants ou de pouvoir échanger avec les autres élèves.

Ça manque de ne pas avoir tout le système de soutien, souligne-t-elle.

De son côté Lisa Freeman en 11e année apprécie n’avoir que deux classes par jour.

“Je trouve que je travaille mieux à la maison parce que je peux aller à mon rythme dans un environnement qui n’est pas aussi bruyant qu’une salle de classe’ explique-t-elle.

Selon le plan du Yukon pour faire face à la COVID-19, la plupart des élèves de la 10e à la 12e année de Whitehorse ne vont en classe que la moitié de la journée que ce soit le matin ou l’après-midi. Le reste de la journée, ils travaillent à la maison ou dans une salle de travail supervisé.

Des représentants du ministère de l’Éducation disent avoir opté pour un système de demi-journée afin de se plier aux recommandations de la santé publique qui recommande de limiter les contacts entre les élèves et de maintenir la distanciation sociale tout en maintenant les cours.

En 11e année Chris Murrant dit avoir apprécié de suivre des cours juste en après-midi. Il affirme que cela a amélioré son rythme de sommeil et a amélioré son attention en classe.

Son ami Devyn Rollins au contraire estime que travailler à la maison ouvre la porte à trop de distractions. Il explique que bien qu’il s’efforce de faire ses devoirs, il est souvent amené à donner un coup de main à la maison ou est distrait par la télévision.

Ce rythme de demi-journée a aussi été critiqué par des parents qui estiment que le ministère devrait prioriser le retour de tous les enfants en classe.

Tiffanie Tasane a un fils en 12e année. Elle dit n’avoir que peu de retours sur ce que son fils fait à la maison. Je m’inquiète de l’ennui et de ce que ça pourrait faire naître, explique-t-elle.

Le ministre adjoint à l’Éducation Nicole Morgan indique que le ministère enverra un sondage pour savoir ce que le public pense d’un système de demi-journée en novembre.

Le ministère va également continuer de surveiller ce système au premier semestre et fera des ajustements au deuxième semestre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !