•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lâcher-prise de Sylvie Léonard sur son personnage de Madeleine

La comédienne sur le perron de la maison, fume une cigarette.

Le personnage de Madeleine dans la série télé « Lâcher prise »

Photo : Encore Télévision inc. / ©Sébastien Raymond

Radio-Canada

Si vous avez regardé la série télévisée Lâcher prise, vous savez à quel point le personnage de Madeleine, interprété par Sylvie Léonard, peut faire grincer des dents. Mais s’il y a bien quelque chose que le public a appris au fil des trois saisons de la production à succès, c’est que cette Madeleine peut être tout aussi attachante. Au micro de Stéphane Leclair à l’émission Culture club, la comédienne offre un dernier salut à ce personnage qui aura marqué les esprits.

Depuis quelques mois, le public comme la comédienne sont en deuil : la série télévisée Lâcher prise a pris fin, tout comme les répliques assassines de la fameuse Madeleine.

Quand on quitte une série qu’on a adorée, un personnage, une équipe qu’on a adorés autant que ça au bout de quatre ans, ça nous met sur un coït interrompu.

Sylvie Léonard

L’écriture de ce rôle, assurée par Isabelle Langlois, y est pour beaucoup dans ce succès. Or, rien n’égale l’expérience de la comédienne, que plusieurs considèrent comme l’ingrédient secret qui fait opérer la magie au petit écran.

C’est extrêmement jouissif [à jouer], parce que c’est un personnage qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, dit Sylvie Léonard.

La comédienne reste toutefois sereine devant la fin de ce désormais mythique duo mère-fille qu'elle jouait avec Sophie Cadieux, laquelle voit la vie de son personnage, Valérie, bouleversée en raison d’un épuisement professionnel.

Madeleine dans Lâcher prise tient un verre de vin blanc dans sa main droite.

Sylvie Léonard

Photo : Encore Télévision inc.

[Isabelle Langlois] a amené les personnages là où elle voulait les amener [...] elle ne sait plus où les amener ailleurs. Ils ne peuvent pas non plus devenir quelqu’un d’autre pour continuer une série. Donc on a trouvé ça extrêmement respectable de sa part, souligne Sylvie Léonard.

« Comme une rupture »

Si, à la surprise de nombreuses personnes, la Madeleine de Sylvie Léonard n’a pas été en nomination au Gala des prix Gémeaux de cette année, la comédienne Sophie Cadieux a reçu cet honneur, et elle a même remporté le prix du meilleur premier rôle féminin dans une comédie avec Lâcher prise. Sophie Cadieux a d'ailleurs profité de sa tribune, dimanche dernier, pour souligner l’apport de sa camarade à la production, elle qui [n'aurait] pas eu autant de succès sans elle.

Sophie et moi, on est très proches, dans la vie et au niveau du métier. On a une très grande complicité, et ça m’a vraiment beaucoup touchée. Sophie est extraordinaire!

Sylvie Léonard

Cette complicité entre les deux comédiennes ne date pas d’hier : elle remonte à une douzaine d’années au théâtre. En effet, elles jouaient un duo mère-fille au Théâtre d’Aujourd’hui dans la pièce Les yeux de verre.

Sophie Cadieux accepte son prix au micro.

Sophie Cadieux, meilleur premier rôle féminin dans la catégorie comédie pour « Lâcher prise » aux dernier Gala des prix Gémeaux

Photo : Radio-Canada / Éric Myre

Au niveau artistique, ça a été un coup de foudre. [...] On s’est toujours dit qu’on aimerait un projet ensemble, pas nécessairement mère-fille, mais il y a quelque chose qui va nous réunir à un moment donné, sur scène ou à la télé. Quand [Lâcher prise] est arrivé, c’était extraordinaire.

Une carrière sur plusieurs décennies

Cumulant des rôles tout aussi différents les uns que les autres, Sylvie Léonard a su échapper aux étiquettes qui auraient pu lui coller à la peau. C’est sans doute ce riche parcours qui permet à la comédienne d'interpréter avec une telle aisance tous ses rôles, aussi excentriques soient-ils.

Je n’ai pas envie du tout de jouer toujours la même chose.

Sylvie Léonard

Les téléspectateurs et téléspectatrices se souviennent régulièrement de Sylvie, d’Un gars une fille, ou encore d’Annick, dans Terre humaine, des rôles diamétralement opposés.

Dans une scène de la série <i>Un gars, une fille</i>, Guy A. Lepage et Sylvie Léonard sont habillés en joueurs de baseball devant un grillage.

Guy A. Lepage et Sylvie Léonard dans une scène de la série « Un gars, une fille »

Photo : Avanti Ciné Vidéo

Une année, je faisais Feux, Ruptures et Lâcher prise; ce sont trois femmes aux personnalités complètement différentes, fait-elle remarquer.

Ma création, c’est ça. Je suis une comédienne; j’ai besoin de me transformer pour voyager et faire voyager les gens.

Sylvie Léonard

Ayant fait ses débuts dans le métier à 11 ans, Sylvie Léonard estime avoir eu de la chance dans sa carrière. Et elle ne voudrait pas que ça s’arrête.

Je serais très malheureuse si on me disait aujourd’hui, dans une boule de cristal, qu’on ne m’offrira plus de rôles; je serais très malheureuse, mais je vis avec ça. J'espère que ça va continuer, conclut la comédienne, émue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !