•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marcher pour offrir plus de soutien aux personnes touchées par la maladie d’Alzheimer

Un homme tient la main d'une femme en fauteuil roulant.

Pour les proches aidants, la maladie d'Alzheimer est un défi au quotidien.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

La population est invitée à bouger pour la Société de l'Alzheimer ce dimanche au Témiscamingue, en présentiel ou même de façon virtuelle.

Pour sa 14e année, la Marche pour l’Alzheimer IG Gestion de patrimoine à Ville-Marie offre la possibilité de participer à la Marche via les réseaux sociaux ou à s’inscrire à un cours de groupe de 10 personnes, offert par la clinique Movens. Les dons amassés serviront à offrir des services aux personnes du Témiscamingue atteintes par la maladie d'Alzheimer et à leurs proches.

Le président d’honneur de la Marche, Robin-Pierre Bergeron, rapporte avoir lui-même reçu beaucoup de soutien grâce aux services de la Société de l’Alzheimer au Témiscamingue. Quand il est devenu un proche aidant pour des membres de sa famille souffrant de la maladie, comme son père, l'aide psychosociale l'a beaucoup aidé.

C’est très difficile pour les proches aidants de donner cette attention constante là envers celui ou celle qui est souvent leur conjoint ou leur conjointe. Autre que cette attention-là, ce sont aussi les différents deuils qu’ils ont à vivre. Une personne qui décède, on a un gros deuil, mais là c’est le deuil des acquis. Une personne qui ne sait plus s'habiller, qui ne sait plus manger, qui ne sait plus parler, vivre avec une personne qui n’est plus la personne avec qui on a passé notre vie, explique-t-il.

Des radiographies d'un cerveau

Des radiographies d'un cerveau d'une personne souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Photo : iStock

En raison de la pandémie, la Société Alzheimer du Témiscamingue a suspendu les rencontres de groupe pour l’instant, mais a continué d’offrir l’accompagnement à domicile. Ces services requièrent maintenant davantage de temps et de tâches souligne Chantal Laliberté, membre du comité directeur de la Société Alzheimer pour le secteur Témiscamingue.

Entre chacune des rencontres, les intervenantes doivent aller se changer, désinfecter les véhicules, désinfecter tout ce qu’elles ont touché aussi. Alors on peut faire moins de visites à domicile que prévu. D’où le fait que si on pouvait engager une deuxième intervenante, on pourrait rencontrer plus de personnes.

Présentement, une seule intervenante travaille un jour par semaine dans le secteur Kipawa-Témiscaming et la Société Alzheimer du Témiscamingue souhaiterait étendre cette offre de deux jours. Dans le secteur de secteur Ville-Marie, on compte une intervenante qui travaille à temps plein et une autre qui travaille une journée par semaine.

Avec cette levée de fonds, les organisateurs espèrent atteindre leur objectif de 10 000 $. La Société de l’Alzheimer du Témiscamingue rapporte soutenir plus de 400 familles par année et offrir plus de 4 400 heures de répit aux proches aidants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !