•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington limite les exportations vers le fabricant de puces chinois SMIC

Devanture d'une entreprise en Chine.

L'entreprise SMIC, en Chine

Photo : SMIC

Reuters

Le gouvernement américain a imposé des restrictions sur les exportations vers le plus grand fabricant chinois de puces en silicium après avoir conclu qu'il existait un « risque inacceptable » que les équipements fournis à la société puissent être utilisés à des fins militaires.

Les fournisseurs de certains équipements de l'entreprise Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC) devront désormais demander des licences d'exportation individuelles, selon une lettre du département du Commerce datée de vendredi et vue par Reuters.

SMIC devient ainsi la deuxième entreprise technologique chinoise à subir les restrictions commerciales américaines, après le géant des télécommunications Huawei Technologies, dont l'accès aux puces haut de gamme a été restreint par son ajout à une liste noire.

Une menace, selon Washington

Le Pentagone a déclaré plus tôt ce mois-ci qu'il envisageait de placer sur cette liste l’entreprise SMIC, que les autorités américaines ont identifiée comme une menace en raison d'une prétendue fusion de technologies civiles et militaires.

L'entreprise a déclaré n'avoir reçu aucune notification officielle à propos des restrictions et n'avoir aucun lien avec l'armée chinoise.

Le département du Commerce a refusé samedi de faire des commentaires au sujet de SMIC, mais il a déclaré que son Bureau de l'industrie et de la sécurité surveillait et évaluait constamment toute menace pour la sécurité nationale américaine et les intérêts de la politique étrangère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !