•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Annulation des deux premiers matchs des Griffons du Cégep de l’Outaouais

Des joueurs de football s'apprête à effectuer un jeu.

Les Griffons s'exerçaient sur le terrain du Stade Mont-Bleu pour la première fois de l'année, en juillet.

Photo : Radio-Canada

La devise de l’équipe de football des Griffons du Cégep de l’Outaouais pour la saison 2020 ne peut difficilement être plus appropriée : « control today », soit contrôler ce qui peut l’être aujourd’hui, en oubliant les facteurs sur lesquels personne n’a d’emprise.

Les joueurs ont dû mettre leur mantra en oeuvre rapidement. Ils ont appris mercredi que leur match d’ouverture, prévu samedi soir à Gatineau contre les Islanders du Collège John Abbott, était annulé.

Leur visite du 3 octobre au Collège Montmorency à Laval a aussi été rayée du calendrier, si bien que le premier match prévu à l’horaire des Griffons est maintenant le 17 octobre.

C’est sûr que c’est une nouvelle qui n’est pas plaisante, explique l’entraîneur-chef Sébastien Tétreault. C’est difficile pour la motivation des joueurs, mais en même temps, ce n’est pas la première fois qu’on vit ça dans les derniers mois.

L’équipe sautera quand même sur le terrain samedi soir pour disputer un match intraéquipe, son troisième depuis son retour sur le terrain à la mi-juillet.

On veut quand même essayer de donner la meilleure expérience possible aux joueurs.

Sébastien Tétreault, entraîneur-chef des Griffons du Cégep de l’Outaouais

Ça permet aussi à certains joueurs qui ont le désir d’aller jouer à l’université de pouvoir avoir du film, de pouvoir continuer de se faire recruter aussi, ajoute Tétreault, pour qui la pandémie représente un casse-tête logistique qu’il contrôle, une journée à la fois.

Il avoue ne pas savoir de quoi aura l’air le reste de la saison de son équipe. Il croit que les Griffons pourront continuer de s’entraîner, mais pour ce qui est des matchs, les développements évoluent à un rythme trop rapide pour qu’il risque une prédiction.

Ce qu’on demande aux joueurs, c’est de se concentrer sur la journée présente, sur ce qu’on fait sur le terrain. Je pense que ça leur fait apprendre aussi une certaine résilience et un focus. Dans la vie en général, tu vas vivre différents défis et obstacles et il faut que tu continues à avancer quand même, philosophe-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !