•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Devant la pandémie, des cérémonies de mariage se font en petit comité

Le couple et une dizaine d'invités assis sur des chaises et sous des arbres lors de la cérémonie de mariage.

La cérémonie de mariage de Leanne Sharpe et de son fiancé s'est déroulée sous les arbres près de Nanaimo.

Photo : CB Photography

Radio-Canada

L'industrie du mariage s'adapte à une demande croissante de couples en Colombie-Britannique qui optent pour des micromariages lors desquels peu d’invités sont conviés à la cérémonie et aux repas en raison de la pandémie.

À titre d’exemple, la Bibliothèque publique de Vancouver propose d’accueillir les couples et leurs invités sur la terrasse-jardin de son bâtiment de la rue Georgia. Une vue spectaculaire de la ville souligne son site web. La cérémonie est limitée à 10 personnes, dont les photographes.

Le même scénario est constaté à l’hôtel de ville qui a accueilli 41 micromariages cet été. Il s'agit cependant d'un projet pilote dont une étude doit être présentée au conseil municipal cet automne.

La Ville de North Vancouver propose aussi ses services depuis juillet.

D’après Nick Chau, directeur créatif de SoWedding Photo and Cinema, la plupart de ses clients ont disparu lors des deux premiers mois de la pandémie. Cependant, comme elle ne semble pas s’essouffler, dit M. Chau, les couples préfèrent une petite cérémonie maintenant avec l’idée d’en avoir une plus grande une fois que la menace de la COVID-19 aura disparu.

En plus des photos, son entreprise propose des retransmissions en direct pour que les personnes non invitées puissent participer à la cérémonie.

Cependant, Nick Chau constate que ses revenus restent inférieurs à ce qu’ils étaient avant la pandémie et que cela est aussi le cas des fournisseurs habitués aux mariages habituels.

Par contre, Leanne Sharpe qui a épousé son fiancé en petit comité n’est pas mécontente de son expérience près de Nanaimo sur l’île de Vancouver. « J’étais soulagée, dit-elle. Je pense que c’était bien moins stressant […] C’était un peu une bénédiction déguisée.  »

D'après les informations de Maryse Zeidler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !