•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chasse à l'arc et à l'arbalète ouverte en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent

Un orignal.

La chasse à l'orignal à l'arc et à l'arbalète est maintenant ouverte au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. (Archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chasse à l'orignal à l'arc et à l'arbalète est maintenant ouverte au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Bien qu'elle attire moins d'adeptes que la chasse à la carabine qui doit débuter à la mi-octobre, elle marque tout de même le début de la chasse au gros gibier pour de nombreux chasseurs.

Les chasseurs avaient terriblement hâte. Les craintes qu'ils avaient depuis presque deux mois, [c'était s'il y allait] vraiment avoir de la chasse. "Est-ce que la pandémie va compliquer tout ce système-là?", relate le président régional pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Poitras.

En fin de compte, ça s'est bien passé et tout le monde est dans le bois ce matin [samedi].

Alain Poitras, président régional pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

Certains chanceux ont déjà pu profiter des réserves fauniques du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, où la chasse à l'orignal est quant à elle ouverte depuis deux semaines et demi.

Rassemblements de chasseurs

Vendredi, le directeur de la santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine a demandé aux chasseurs de limiter les contacts et de respecter les mesures sanitaires afin d'éviter la propagation de la COVID-19. Le docteur Yves Bonnier Viger affirme que des éclosions récentes sont liées à des fêtes de chasseurs.

Alain Poitras indique qu'avant la pandémie, les chasseurs avaient l'habitude de se rassembler entre eux dans les camps de chasse. Le président régional soutient que les chasseurs seront consciencieux face à la distanciation physique.

Je souhaite que les gens fassent attention, ça serait plate en maudit qu'il arrive de quoi, ça nuirait pour le futur, lance le président régional de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs.

Alain Poitras, président de la Fédération québécoise de chasseurs et pêcheurs pour la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine.

Alain Poitras est le président de la Fédération québécoise de chasseurs et pêcheurs pour la région Gaspésie–Iles-de-la-Madeleine (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

On ne peut pas tous les tenir par la main, la forêt est grande [...], mais j'espère que là les gens vont y penser, que les rassemblements, même dans le bois, ça peut être aussi dangereux qu'ailleurs.

Alain Poitras, président régional pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

Cette année, les prises peuvent être enregistrées en ligne, mais des associations locales invitent les chasseurs à encourager leurs commerces locaux.

Sur la Côte-Nord, la chasse à l'orignal à l'arme à feu a commencé samedi dans la zone 18, soit pour les secteurs de la Haute-Côte-Nord et dans la Manicouagan.

Avec les informations de Geneviève Génier-Carrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !