•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes déplorent les possibles impacts sur l’environnement du projet de GNL Québec

Une participante s'adresse aux experts du BAPE dans une salle.

La séance du BAPE de vendredi matin a été l'occasion d'aborder les sujets du transport maritime et de la faune aquatique.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Radio-Canada

La première partie des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet de construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay s’est terminée hier, et des groupes citoyens s’inquiètent de certaines informations apprises lors de la semaine.

Les impacts du projet Énergie Saguenay sur les animaux marins et la gestion des émissions de gaz à effet de serre sont deux enjeux particulièrement préoccupants pour ces organismes, dont la Coalition anti-pipeline de Rouyn-Noranda (CAPRN).

Une des membres de la CAPRN, Marie-Ève Sigouin, dit retenir des audiences surtout l’impact très grand au niveau des gaz à effet de serre et l’incertitude associée au calcul de ces gaz à effet de serre. Elle déplore que les scénarios pour Énergie Saguenay aient une grande marge d’erreur et que cela rende les prévisions de production de gaz à effet de serre floues.

Les chiffres étaient présentés par le promoteur et puis à tout moment, on avait de la difficulté à les faire contre-vérifier par un expert du gouvernement, que ce soit provincial ou fédéral. Avec à peu près toutes les questions, on répondait "On va vous revenir là-dessus". Donc ça a été un peu frustrant au niveau de la quête d’informations cette semaine, affirme Marie-Ève Sigouin.

GNL Québec n’accordera pas d’entrevue au sujet de la première étape des audiences, mais a indiqué par communiqué de presse être convaincu que l’exercice a été constructif et qu’il a permis, notamment, de préciser encore plus concrètement les différents engagements de GNL Québec. L'équipe de GNL Québec dit être à l'écoute des préoccupations des citoyens.

GNL mentionne aussi sa Charte d’engagement en matière de protection des mammifères marins et indique que le projet est ancré dans le contexte de lutte contre les gaz à effet de serre.

La deuxième partie des audiences débute le 26 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !