•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 bouscule les commerçants de la rue Saint-Jean

IMG_0373

La COVID-19 est entré dans plusieurs commerces de la rue Saint-Jean récemment.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Près d'une dizaine de commerces de la rue Saint-Jean, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, sont fermés ou ont dû fermer leurs portes de manière préventive en raison de la COVID-19.

Le virus a visiblement circulé sur l'artère commerciale au cours des derniers jours. Selon une compilation non exhaustive de Radio-Canada, au moins 7 commerces étaient fermés samedi en lien avec le coronavirus.

Les cas de figure varient selon les endroits.

Certains commerçants ont reçu une confirmation de la santé publique qu'au moins un client infecté par la COVID-19 avait récemment fréquenté leurs établissements.

Dans certains cas, comme au bar Le Bateau de nuit, les personnes infectées auraient été asymptomatiques au moment de leur visite, selon ce qu'a fait savoir le propriétaire sur les réseaux sociaux.

Dans d'autres cas, c'est au moins un employé ayant testé positif qui a forcé une fermeture préventive et une séance de dépistage de tout le personnel.

Les autorités de santé publique exigent également une désinfection complète des locaux en pareille situation.

Liste des commerces touchés

  • Le Nelligan
  • Le Bateau de nuit
  • Le Sacrilège (rouvert)
  • Attaboy pizzéria de quartier
  • Le Chêne & le Roseau
  • La Carotte joyeuse (réouverture dimanche 27 septembre)
  • Nina Pizza Napolitaine
  • Buvette Scott (aucun cas de COVID)
  • La brûlerie Saint-Jean (rouverte)

Devant la multiplication des cas, un restaurant a annoncé sa fermeture sans attendre qu'une infection survienne en ses murs.

De nouveaux cas sortent de jour en jour dans le quartier, que ce soit de clients ou employés d’établissements voisins, ce qui augmente considérablement le risque de participer à la propagation, ont écrit les propriétaires de la Buvette Scott, samedi, en annonçant la fermeture temporaire sur les réseaux sociaux.

Plusieurs de ces commerçants ont appelé la population à respecter les règles de santé publique, sachant que la transmission communautaire est actuellement soutenue dans la capitale. C’est en agissant collectivement et rapidement qu’on arrivera à ralentir ce virus, ont écrit les propriétaires de Nina Pizza Napolitaine.

Impacts économiques

Déjà ébranlés par le confinement du printemps, les restaurants, les bars et plusieurs commerces de détail ont jusqu'ici été épargnés par une fermeture obligatoire en cette deuxième vague de la pandémie.

Même si la Capitale-Nationale a basculé en zone orange la semaine dernière, le gouvernement n'est pas allé jusqu'à demander la fermeture des salles à manger ou des débits de boisson, ce qui était pourtant prévu une fois en alerte modérée.

C'est vraiment pas évident la situation que les commerçants vivent.

Marie-Noëlle Bellegarde-Turgeon, directrice générale de la Société de développement commercial du faubourg Saint-Jean

Pour Marie-Noëlle Bellegarde-Turgeon, directrice générale de la Société de développement commercial du faubourg Saint-Jean, il est évident que ces fermetures préventives peuvent faire mal. Même si ce ne sont pas nécessairement de grosses équipes d'une cinquantaine d'employés, les impacts sont quand même là, dit-elle.

À son avis, les coffres de plusieurs commerçants ne se sont pas remplis suffisamment au cours de l'été pour affronter un nouveau confinement.

Elle tient aussi à relativiser la propagation sur la rue Saint-Jean. On a beaucoup de commerces de proximité. Donc quelqu'un qui travaille dans un établissement en fréquente un autre. Ce n'est pas rare qu'on voit les mêmes personnes, explique-t-elle. Ça a l'air gros, mais ce sont tous des petits commerces.

Avec les informations d'Audrey Paris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !