•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à Halifax en appui aux pêcheurs autochtones

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une manifestante portant un couvre-visage tient une pancarte en carton sur laquelle on peut lire « Respectez les traités ».

Une manifestation en appui aux pêcheurs autochtones, le 26 septembre 2020 à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Radio-Canada

Un rassemblement pour appuyer les pêcheurs autochtones et leurs droits issus de traités se déroule à Halifax, en Nouvelle-Écosse, samedi.

Cette manifestation est organisée alors que des pêcheurs commerciaux non autochtones s'opposent à la pêche au homard hors saison faite par des Autochtones à Saulnierville, en Nouvelle-Écosse, depuis plus d'une semaine.

Michelle Paul, l'une des personnes ayant pris la parole lors du rassemblement, dit que les traités signés par les Premières Nations représentent l'entière liberté, la souveraineté, les compétences sur nos terres.

Ce n'est pas un privilège, mais un droit que d'avoir accès à l'eau, à nous nourrir et à ne pas simplement survivre, mais à prospérer.

Michelle Paul
Michelle Paul répond aux questions des journalistes durant le rassemblement.

Michelle Paul, le 26 septembre 2020 à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Michelle Paul insiste sur cette différence entre subsister et prospérer. Un accès équitable aux marchés commerciaux doit accompagner les droits de chasse, de pêche et de cueillette conférés par les traités, dit-elle.

De dos, des gens tiennent des bannières devant un groupe constitué de plus d'une centaine de personnes au centre-ville d'Halifax.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une manifestation de soutien aux pêcheurs autochtones, le 26 septembre 2020 à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Les manifestants demandent aux organisations de pêche commerciale de dire à leurs membres de cesser de confronter les pêcheurs autochtones. Le 21 septembre, les pêcheurs commerciaux sont allés en mer pour retirer de l'eau les casiers à homard des Autochtones.

La ministre des Pêches et des Océans, Bernadette Jordan, n’a pas réussi à apaiser les tensions avec des messages contradictoires sur la légalité de la pêche mi'kmaq, peut-on lire sur la page Facebook de l’événement.

Un drapeau mi'kmaq blanc et rouge flotte devant une tour à bureaux au centre-ville d'Halifax.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un drapeau mi'kmaq flotte lors d'une manifestation en appui aux pêcheurs autochtones, le 26 septembre 2020 à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Les organisateurs de la manifestation demandent aussi au ministère des Pêches de ne plus qualifier leur pêche comme étant illégale, et de s'excuser d'avoir employé ce terme.

Une femme s'agenouille pour parler à un petit garçon qui tient une affiche.

Des gens sont réunis pour démontrer leur appui aux pêcheurs autochtones de Saulnierville, le 26 septembre 2020 à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Les pêcheurs commerciaux jugent que la pêche effectuée par la Première Nation de Sipekne'katik est illégale, car elle se déroule hors des saisons de pêche au homard déterminées par Pêches et Océans Canada.

Une manifestante s'adresse à la foule, samedi à Halifax.

Une manifestante s'adresse à la foule, samedi à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Les Autochtones font valoir que la décision Marshall de la Cour suprême du Canada, en 1999, a confirmé leur droit à la pêche, la chasse et la cueillette, lorsqu'elle s'effectue pour assurer à ces communautés une « subsistance modérée ».

D'après le reportage de Jean-Philippe Hughes

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.