•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre libanais jette l'éponge 26 jours après sa nomination

Mustapha Adib.

Mustapha Adib après sa rencontre avec le président Michel Aoun, à qui il présenté sa démission.

Photo : Reuters / MOHAMED AZAKIR

Radio-Canada

Le Liban est de nouveau dans l’impasse. Le premier ministre désigné, Moustapha Adib, démissionne 26 jours après sa nomination. Il n’est pas parvenu à former un nouveau gouvernement dans un pays qui s’enfonce dans une grave crise économique et politique.

M. Adib en a fait l’annonce samedi après une rencontre avec le président Michel Aoun.

Je m'excuse de ne pas pouvoir poursuivre la tâche de former le gouvernement.

Moustapha Adib, premier ministre démissionnaire

Les partis politiques libanais, qui s’étaient engagés à former un cabinet de mission composé de ministres compétents et indépendants dans un délai de deux semaines, n'ont toujours pas réussi à s'accorder en raison notamment de l'insistance du Hezbollah et de ses alliés du mouvement chiite Amal à obtenir le ministère des Finances.

Alors que les efforts pour former le gouvernement touchaient à leur fin, il m'est apparu clairement que ce consensus n'existait plus, et qu'une équipe [ministérielle] selon les critères que j'ai fixés était déjà vouée à l'échec.

Moustapha Adib, premier ministre démissionnaire

Mustapha Adib, ancien ambassadeur à Berlin, avait été désigné le 31 août, trois semaines après l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth du 4 août qui a fait plus de 190 morts et plus de 6500 blessés et qui a mené à la démission du gouvernement de Hassan Diab.

Aoun se veut rassurant

Cette nouvelle démission a lieu plus d’un mois après les pressions du président français Emmanuel Macron sur les autorités libanaises. Il leur avait fixé la date du 15 septembre pour qu’ils s’entendent.

L'initiative lancée par le président français Emmanuel Macron est toujours en cours et bénéficie de tout mon soutien, a déclaré le président libanais Michel Aoun, faisant référence à la feuille de route mise en place par Paris pour aider le pays à sortir de sa crise.

Cette démission constitue une trahison collective des partis libanais, mais la France restera aux côtés du pays pour l'aider à sortir de la crise qu'il traverse, a-t-on déclaré samedi dans l'entourage d'Emmanuel Macron, rapporte Reuters.

Le président Macron s'exprimera dimanche soir lors d'une conférence de presse, a annoncé l’Élysée.

Le Liban traverse depuis un an l'une des pires crises économiques, sociales et politiques de son histoire, marquée par une dégringolade de sa monnaie nationale, une hyperinflation et une paupérisation à grande échelle de la population.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et L'Orient-Le Jour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !