•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À bout de bambou, les pandas de Calgary bientôt en route pour la Chine

Un panda mange du bambou.

Er Shun, l'un des deux pandas du zoo de Calgary, est arrivée au Canada en 2013.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

François Joly

Le zoo de Calgary est convaincu d’obtenir bientôt les permis nécessaires pour renvoyer ses deux pandas en Chine. La pandémie a rendu l’approvisionnement en bambou extrêmement coûteux.

Le rapatriement de Da Mao et Er Shun vers leur pays d’origine a été annoncé dès le mois de mai, mais les permis tardaient pendant que les réserves de nourriture diminuaient à vue d’œil.

Le Zoo affirme que les permis de transport vers l'étranger pour les deux mammifères sont sur le point d’être délivrés.

Les relations diplomatiques tendues entre le Canada et la Chine ajoutent une couche de complexité aux discussions entre le Zoo de Calgary et les autorités chinoises.

Des bêtes coûteuses à nourrir

Après avoir vécu cinq ans au zoo de Toronto, Da Mao et Er Shun sont arrivés à Calgary en 2018 en compagnie de leurs deux petits Jia Panpan et Jia Yueyue, qui ont été renvoyés à Chengdu, en Chine, en janvier dernier.

Les deux adultes devaient demeurer au Canada jusqu’en 2023, mais l’impossibilité d’obtenir une source suffisante de bambou frais aura finalement eu raison de la détermination et des réserves financières du Zoo de Calgary.

Le panda Da Mao.

Da Mao, le panda mâle du Zoo de Calgary.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Chaque panda mange 40 kilogrammes de bambou par jour. Au départ, celui-ci était expédié depuis la Chine, mais la diminution du nombre de liaisons aériennes et les restrictions sur les voyages ont épuisé cette filière.

Le zoo a tenté sans succès de remplacer le bambou chinois par du bambou canadien ou américain. Le bambou américain était trop cher à acheminer par avion, et les livraisons par camion ne permettaient pas d’obtenir un produit suffisamment frais au goût des pandas. La production canadienne, notamment issue de la Colombie-Britannique, s’est révélée insuffisante pour l'appétit de Da Mao et Er Shun.

Le Zoo affirme cependant avoir réussi à commander assez de bambou frais pour nourrir les pandas jusqu’à leur départ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !