•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Canadien accusé de prétendre avoir commis des meurtres pour Daech

Le portrait d'un homme

Shehroze Chaudhry est accusé d'avoir prétendu être un terroriste.

Photo : offerte par MEMRI JTTM

Radio-Canada

Un homme de 25 ans de Burlington, en Ontario, qui a affirmé sur plusieurs plateformes avoir commis des meurtres pour le compte du groupe armé État islamique en Syrie, est accusé d’avoir tout inventé.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) affirme avoir procédé à l’arrestation de Shehroze Chaudhry vendredi. Il est accusé d’incitation à craindre des activités terroristes.

Dès 2016, Shehroze Chaudhry a publié sur les médias sociaux son implication supposée dans Daech. Lorsque le Middle East Media Research Institute (MEMRI) a vu les publications en ligne, il a publié un bulletin à son sujet.

Les reportages à son sujet, à ce moment, lui faisaient référence à l’aide de son nom de guerre, Abu Huzaifa al-Kanadi (Abu Huzaifa le Canadien).

Lorsque CBC News a publié des reportages à son sujet, il leur a d'abord déclaré qu'il avait rejoint Daech en 2014 en tant que bourreau dans la ville syrienne de Manbij.

Il affirmait alors avoir été témoin de violences à une échelle qu'il n'aurait jamais pu imaginer, notamment des coups de fouet, des décapitations et des crucifixions en public. Il a dit qu'il souffrait de cauchemars et qu'il se réveillait avec des sueurs froides au moins trois fois par semaine.

M. Chaudhry a également donné des comptes rendus détaillés similaires à un podcast du New York Times intitulé Califat. Il y a affirmé avoir fusillé des civils qui avaient les yeux bandés et qui étaient ligotés.

Ses entrevues avec les médias avaient alors poussé des membres du Parti conservateur du Canada à interroger le ministre de la Sécurité publique de l'époque, Ralph Goodale, pour savoir si le gouvernement fédéral en faisait assez pour protéger les Canadiens des combattants de Daech qui sont rentrés au Canada.

Or, la GRC affirme que M. Chaudhry a tout inventé.

Selon Christopher deGale, de la GRC, de tels canulars peuvent susciter la peur au sein de nos communautés et créer l'illusion qu'il existe une menace potentielle pour les Canadiens.

Par conséquent, la GRC prend ces allégations très au sérieux, en particulier lorsque des individus, par leurs actes, amènent la police à ouvrir des enquêtes dans lesquelles des ressources humaines et financières sont investies et détournées d'autres priorités en cours.

La GRC a déclaré que l'Agence des services frontaliers du Canada, le Service de police régional de Halton, le Procureur général, l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien et le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada étaient tous impliqués dans l'enquête.

M. Chaudhry comparaîtra à Brampton, en Ontario, le matin du 16 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !