•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 2e Albertain accusé de s'être rendu en Syrie pour rejoindre les rangs de Daech

Un membre des forces irakiennes passe devant une murale au logo de Daech dans un tunnel utilisé par les djihadistes dans le village d’Albou Seif, près de Mossoul.

La GRC a refusé de confirmé le lien de parenté entre Jamal Taan Borhot et Hussein Sobhe Borhot.

Photo : Getty Images / Ahmad Al-Rubaye / AFP

Radio-Canada

Jamal Taan Borhot, un Albertain de 30 ans, a été arrêté à Calgary et fait face à trois chefs d'accusation liés à la participation à des activités de groupes terroristes.

En juillet, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a accusé Hussein Sobhe Borhot, 34 ans, des mêmes trois chefs d'accusation, ainsi que d'avoir commis une infraction pour un groupe terroriste.

Un porte-parole de la GRC, Fraser Logan, a déclaré qu'il y avait des liens familiaux entre les deux hommes, mais a refusé de donner plus de détails à ce sujet.

Les deux hommes sont accusés de s'être rendus en Syrie en 2013 et en 2014 et d'avoir participé aux activités du groupe armé État islamique, aussi connu sous le nom de Daech.

Jamal Taan Borhot doit comparaître en cour à Calgary lundi.

Hussein Sobhe Borhot a été remis en liberté en attente de son procès. Il doit cependant se plier à une série de restrictions strictes : il doit , entre autres, porter un bracelet de localisation à la cheville, il ne peut pas faire de demande de passeport, et il lui est interdit de détenir des armes à feu, des munitions ou des explosifs.

En 2018, un rapport du ministère fédéral de la Sécurité publique évaluait à 190le nombre d’individus ayant des liens avec le Canada et qui étaient soupçonnés d’activités terroristes à l’étranger. À l'époque, 60 d'entre eux étaient sur le sol canadien.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.