•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de recherche du CHUS amputé de près de 1 M$

Gros plan sur un échantillon de bactérie manipulé par un chercheur dans un laboratoire.

De nombreux domaines de recherches pourraient être affectés par ces coupes comme la génétique et la microbiologie (archives).

Photo : Getty Images / Douglas Magno

Radio-Canada

Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS est allé chercher près d'un million de dollars dans les poches de ses centres de recherche pour combler un déficit budgétaire. Une pratique légale mais qui soulève son lot de questions chez des chercheurs.

C’est scandaleux. Comment peut-on aller chercher l’argent des fonds de recherche pour combler un déficit hospitalier? Pour moi, ce sont deux comptes totalement différents, fait savoir Arsène Basmadjian, président de l’association des cardiologues du Québec. Ce dernier dit avoir été très surpris lorsqu’il a appris la nouvelle.

Le fait de perdre cet argent-là, le chercheur n’aura plus son autonomie pour continuer ses projets dans certains cas.

Arsène Basmadjian, président de l’association des cardiologues du Québec

Une somme de 933 705 $ a été amputée dans les surplus du Centre de recherche du CHUS et 65 554 $ l’ont été du côté de ceux du Centre de recherche sur le vieillissement, fait savoir le CIUSSS de l’Estrie-CHUS dans un courriel envoyé à Radio-Canada. Selon eux, c’est une pratique totalement légale.

En cas de déficit d’exploitation, le Manuel de gestion financière du MSSS prévoit en effet que les surplus générés dans l’année par les plateformes de services techniques ou professionnels aux chercheurs ou par les projets de recherche terminés doivent servir à diminuer le déficit d’exploitation de l’établissement, explique-t-on.

Selon le CIUSSS, les sommes amputées aux centres de recherche ont servi à combler un déficit dû à des remboursements de coûts imprévus au ministère de la Santé et des Services sociaux de plus de 7 millions $.

Une règle connue des chercheurs, selon le CIUSSS

Le CIUSSS de l’Estrie rappelle que les directions scientifiques des centres de recherche sont au fait de cette règle. Le CRCHUS a mis à la disposition des chercheurs des leviers pour compenser la perte monétaire et éliminer l’impact de cette contribution au budget de l’établissement, indique-t-on.

Pour le Dr Basmidjian, ce sont les projets menés dans les centres hospitaliers et qui ne reçoivent pas de financements qui subiront les répercussions de ces pertes monétaires.

Plusieurs chercheurs font des projets maison, à l’intérieur des centres hospitaliers. Ces projets-là fonctionnent avec de plus petits budgets et ne sont pas financés par des organismes, souligne-t-il. Des projets d’envergures plus modestes qui peuvent devenir de grands projets, selon lui.

De nombreux domaines de recherches pourraient être affectés par ces coupes comme la radiologie, la génétique, la microbiologie ou encore la cardiologie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !