•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Magali Picard s’explique sur les raisons de sa démission de l’AFPC

Une affiche extérieure comporte le logo de l'Alliance.

Les bureaux nationaux de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), rue Gilmour à Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En entrevue à Radio-Canada, l’ancienne vice-présidente exécutive nationale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) Magali Picard, a soutenu que des questions familiales l’ont incité à quitter la fonction publique et démissionner de l’AFPC.

Elle explique que ses projets de retraite ont été devancés par un événement bouleversant:  

Depuis le début septembre, mon mari et moi devons faire face à une tragédie avec un membre proche de sa famille, donc de ma famille. C'est extrêmement éprouvant pour notre vie de famille, de couple. Alors on a accentué cette décision-là, cette prise de décision là de me voir partir à la retraite.

Magali Picard en entrevue à Radio-Canada
Magali Picard en entrevue de chez elle avec Radio-Canada

Magali Picard en entrevue à Radio-Canada

Photo : Radio-Canada

Magali Picard a démissionné de son poste à l’AFPC le 16 septembre et envoyé sa lettre de démission jeudi au Gouvernement du Canada, où elle détenait toujours un poste. 

Sa démission de l’AFPC est survenue une semaine après le départ d'un autre haut dirigeant de l'organisme en raison d'allégations de racisme anti-Noirs.

CBC a obtenu un courriel envoyé le 9 septembre par Amarkai Laryea, directeur par intérim de la direction de la représentation et des services juridiques à l'AFPC. M. Laryea explique sa décision de se retirer de la direction et de reprendre son emploi d'origine au syndicat.

Il a dit avoir été approché par Mme Picard et le président national de l'AFPC, Chris Aylward, soulevant des inquiétudes au sujet d'un article qu'il a écrit pour un bulletin interne.

M. Laryea a déclaré que l'article parlait de microagressions subies à l'AFPC.

Au cours de cette discussion, Magali m'a dit : je vous parle en tant que directeur, pas en tant que Noir, a écrit M. Laryea.

Moment difficile

En entrevue à Radio-Canada, Magali Picard reconnaît que son départ arrive à un moment difficile. En même temps, à l'AFPC, il y a une situation qui n'est pas facile.  Il est arrivé un événement extrêmement malheureux et si je pouvais revenir dans le temps je (le) ferais.

Ça se passe dans ma vie de travailleuse et en même temps on apprend, dans ma vie personnelle, qu'on doit faire face à une tragédie pour laquelle on n'est pas du tout outillés, mon mari et moi, pour faire face. C'est ce qui a pris le dessus.

Magali Picard en entrevue à Radio-Canada

Elle demande le respect de l’intimité de sa famille à travers cette période qu’elle qualifie d’extrêmement difficile.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.