•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

250 000 $ offerts pour de l'information sur le vandale du téléphérique Sea-to-Sky

Une cabine du téléphérique Sea-to-Sky.

Le téléphérique Sea-to-Sky a rouvert le 14 février 2020 après avoir été fermé pendant six mois en raison de la rupture délibérée du câble.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger

Le téléphérique Sea-to-Sky offre une récompense de 250 000 $ pour de l’information qui mènerait à l’arrestation de la personne qui a coupé le câble le 14 septembre dernier.

La Gendarmerie Royale du Canada (GRC) n’a toujours pas arrêté de suspect, alors que le câble avait aussi été sectionné en août 2019. Le téléphérique n’avait repris ses activités que six mois plus tard, en février.

C’est un outil supplémentaire pour fournir de l’information à la GRC et conclure cette enquête le plus rapidement possible, avant que le coupable ne fasse du mal à quelqu’un, explique le directeur général du téléphérique Sea-to-Sky, Kirby Brown, en point de presse vendredi.

Cette personne, par deux fois, est passée très près de faire du mal à des gens. Cela a fait mal à notre communauté, Cela a certainement fait mal à nos entreprises, soutient-il, soulignant que l’opération délicate de nettoyage et de reconstruction met également les membres de son équipe en danger.

À la recherche d’un enregistrement vidéo

La sergente Sascha Banks, de la GRC, affirme que l’enquête est à un point critique. Le corps policier cherche en particulier un enregistrement vidéo sur la route Sea-to-Sky, au sud de Squamish, autour de la zone du téléphérique, qui aurait été filmé entre le 13 septembre, vers 20 h, et le 14 septembre, vers 14 h.

Elle invite les propriétaires d’entreprises qui ont des caméras de surveillance le long de la route et les automobilistes qui ont une caméra sur le tableau de bord, par exemple, à communiquer avec les autorités.

Si la GRC dispose déjà d’un enregistrement vidéo venant des caméras de surveillance du site, elle n’est pas prête à le transmettre au public à ce stade de l’enquête.

Les enquêteurs examinent les similarités entre les deux actes de vandalisme et la possibilité qu’il s’agisse de la même personne ou du même groupe.

Pour communiquer de l’information aux autorités :

Des dommages importants

Kirby Brown affirme que les dommages sont similaires à la dernière fois. La plupart des cabines sur la ligne ont été gravement endommagées, dit-il. Il estime que, sur la quarantaine de cabines sur la ligne au moment de l’acte de vandalisme, entre 25 et 30 sont perdues et devront être remplacées.

Encore une fois, cela prendra des mois pour reconstruire, pas des semaines, se désole-t-il. Il affirme que la compagnie avait mis en place le système de sécurité le plus avancé de l’industrie à la suite des événements de l’an dernier, mais que son équipe est maintenant de retour à la case départ.

Nous allons faire tout ce que nous pouvons afin que notre équipe n’ait plus à faire face à ça, promet-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !