•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’Ottawa jusqu’à Limoges pour un test de dépistage de la COVID-19

Des voitures font la file à côté de l'enseigne du parc aquatique Calypso.

Plus de 800 tests ont été effectués vendredi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour éviter les longues files d’attente à Ottawa, bon nombre de personnes se sont tournées vers le nouveau centre de dépistage de la COVID-19 dans le stationnement du parc aquatique Calypso à Limoges, dans l’est ontarien. Certains sont même partis de Barrhaven à Ottawa.

Au deuxième jour de l'ouverture du centre temporaire, dès 5 h du matin, des voitures étaient déjà en file au nouveau centre de dépistage à Limoges. Plus les heures avançaient, plus la file d’attente s’allongeait.

À la fin de la journée, plus de 800 tests avaient été effectués. Pour certains, il aura fallu attendre près de quatre heures pour passer le test. À 13 h, l’entrée du stationnement a dû être fermée en raison de la forte demande.

Le chef adjoint des opérations pour le Service paramédical de Prescott et Russell, Éric Larocque, n'était pas surpris de la popularité du centre.

Éric Larocque au centre de dépistage de la COVID-19 dans le stationnement du parc aquatique Calypso.

Selon M. Larocque, ce sont surtout des familles qui sont venues se faire dépister vendredi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

De plus, il s’agit d’un centre régional. Les gens peuvent venir de Cornwall, peuvent venir d’Ottawa. […] Les gens peuvent venir de partout. On a eu des gens du Québec, a-t-il dit.

Le service au volant apprécié par la population

Ce nouvel emplacement a de quoi plaire à la population. Plutôt que d’aller à Casselman où l’espace est limité et où moins de tests peuvent être effectués par jour, les citoyens profitent maintenant du grand stationnement du parc aquatique. Ils attendent dans le confort de leur voiture.

C’est le cas de Josée Gratton qui a fait la route à partir de Plantagenet. Je n’ai pas voulu aller à Casselman parce que j’ai eu de mauvais commentaires […]. À Hawkesbury, tu attends debout dehors pour garder ta place. […] C’est plus confortable dans l’auto, a-t-elle souligné.

Des voitures en file dans le stationnement du parc aquatique Calypso à côté des glissades d'eau.

Des citoyens ont dû patienter de longues heures à bord de leur véhicule.

Photo : Radio-Canada

De son côté, Benoît Bruyère a déjà vécu l’expérience au centre de dépistage de Casselman il y a quelques semaines. Je pense que c’est bien logé, de pouvoir répondre aux besoins de la population, d’avoir un stationnement qui n’est pas sur le côté de la rue, d’avoir une plus grande capacité de pouvoir faire plus de tests. Je pense qu’on est rendu là , a-t-il expliqué.

Un centre qui devrait s’adapter pour la période hivernale

Les centres de dépistage de Casselman et de Limoges devraient tous deux être actifs au cours des 14 prochains jours, a expliqué le médecin-hygiéniste du Bureau de santé de l’Est de l’Ontario (BSEO), Dr Paul Roumeliotis.

L’idée c’est plutôt d’avoir les deux ensemble pour les deux prochaines semaines. Actuellement, on a juste les tentes et les camions ambulanciers qui sont là. Pour les plans à plus long terme […], nous allons avoir des cabines spéciales mobiles pour l’hiver aussi, a indiqué Dr Roumeliotis.

Ce sont des problèmes de circulation à Casselman ont poussé le BSEO à trouver un autre lieu pour le dépistage du coronavirus dans ce secteur de l’est ontarien. L’idée était de déménager Casselman pour qu’on ait une capacité plus élevée et ne pas bloquer le trafic, a-t-il précisé. Étant donné qu’on avait un espace limité au niveau des rues à Casselman […], un site beaucoup plus large était idéal.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Même si le site du parc aquatique Calypso est plus grand, il faut tout de même que le personnel médical soit de la partie. On pourrait avoir beaucoup plus d’autos, mais est-ce qu’on a assez de personnel qui pourrait le faire ?, a lancé Dr Roumeliotis.

Il demande aux personnes qui n’ont pas de symptômes, ou encore, eu de contact lié à la COVID-19, d’éviter de venir se faire dépister. On donne une priorité chez les enfants, chez les personnes qui ont des symptômes, a-t-il mentionné.

Situé près de l’autoroute 417, le centre de dépistage à Limoges sera ouvert tout le week-end de 9 h à 17 h, et le BSEO s’attend à un fort achalandage au cours des prochains jours.

Avec les informations de Jean-François Poudrier et Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !