•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tour d'horizon de la saison de ski pandémique en C.-B.

Alors que la deuxième vague de COVID-19 touche le pays, à quoi les Britanno-Colombiens devront-ils s’attendre lors de la prochaine saison de ski?

Un skieur dévale une pente de poudreuse.

Le port du masque et les réservations en ligne marqueront la saison.

Photo : Fournie par Ming Poon/Whistler Blackcomb

La dernière saison s’est terminée de façon abrupte au printemps dernier. Cet automne, les stations de ski ont adopté des mesures sanitaires et se disent prêtes à accueillir les amateurs de sports en montagne.

Le port du masque et un système de réservation en ligne pour gérer le volume des visiteurs feront notamment partie de la nouvelle réalité des skieurs et des planchistes.

Tour d’horizon de quelques montagnes.

Whistler Blackcomb

Un panorama montagneux.

Whistler

Photo : Stéfanie Lachance/Facebook

Les pistes ouvriront normalement le 26 novembre.

Tous les visiteurs devront porter le masque à l'intérieur et lorsqu'il faudra accéder aux pistes. Les cercles sociaux, familiaux ou amicaux, seront respectés dans la mesure du possible lors des déplacements en télécabines.

Tous les enfants âgés de 3 ans et plus devront avoir un couvre-visage.

Les skieurs devront aussi planifier et réserver d’avance leur visite. Un système de réservation gratuit en ligne sera disponible. À noter que les détenteurs de forfaits de saison pourront accéder en avance au système de réservation.

Questionnée sur l'afflux des visiteurs qui voudront sans doute réserver leur place en ligne, Jennifer Smith, porte-parole de Vail Resorts, assure qu’il devrait y avoir de la place pour tous. Elle ne prévoit pas de saturation du système.

Jennifer Smith ajoute que les abonnés qui ont vu leur saison écourtée au printemps dernier à cause de la pandémie ont reçu un crédit de 20 % à 80 % en vue de l’achat de leur prochain abonnement.

Le village de Whistler, en C.-B., désert.

En mars, la pandémie de la COVID-19 a laissé les rues, les magasins et les restaurants vides au centre de ski Whistler.

Photo : Radio-Canada / Jesse Johnston

Anik Champoux, résidente de Whistler et skieuse de longue date, est heureuse de savoir que la montagne pourra au moins rouvrir, même si beaucoup de questions demeurent sur le déroulement de la saison.

Lorsque les stations ont fermé en mars, il restait encore de belles journées de ski devant nous donc oui, j’ai été déçue, mais c’était aussi important de prendre cette décision.

Anik Champoux, skieuse de Whistler

La skieuse regrette néanmoins que certains programmes de ski pour les enfants de moins de 7 ans soient suspendus à Whistler cette année. Ces classes de neige aidaient les parents et offraient une belle expérience pour les plus petits.

Mont Seymour

Des skieurs.

Des skieurs sur le mont Seymour à North Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Au mont Seymour, près de Vancouver, la réalité sera semblable. La station devrait entamer sa saison comme d'habitude au début décembre.

Le système de réservation des places vaudra par contre pour des tranches de 4 heures durant les fins de semaine et les vacances.

L’accès aux bâtiments sera limité et le port du masque y sera obligatoire tout comme dans les files d’attente.

Grouse Mountain

Une cabine de téléphérique au dessus d'une forêt enneigée.

Un cabine de téléphérique de Grouse Mountain.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

La station Grouse Mountain, qui espère ouvrir ses portes à la mi-novembre, prévoit appliquer cet hiver un bon nombre de règles déjà mises en place cet été.

Kirsten Heal, gestionnaire du service à la clientèle, indique que la station compte garder le volume des visiteurs en dessous de 50 % de sa capacité d’accueil. Le port du masque sera là aussi requis. La température des skieurs sera également vérifiée avant de prendre le Skyride.

Les abonnés auront le choix d’utiliser leur forfait cette saison d’hiver ou de le reporter à l’an prochain s’ils ne se sentent pas à l’aise de skier en temps de pandémie.

Cypress Mountain

Une skieuse.

Une skieuse profite de la neige à Cypress Mountain, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Plus de stations pour se désinfecter les mains, un système de ventilation amélioré dans les espaces intérieurs ou encore l’optimisation des commandes de nourriture à emporter font partie des mesures annoncées par Cypress Mountain.

La station de ski n’a pas encore dévoilé tous les détails au sujet de la prochaine saison. Elle entend le faire le 6 novembre.

Big White

Des skieurs au sommet d'une montagne.

Des skieurs à la station Big White de Kelowna en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La station, qui doit ouvrir le 26 novembre, met de l’avant un système flexible concernant l'annulation des réservations. Les billets journaliers devront être achetés en avance et en ligne.

Certains services ne seront pas disponibles cette saison, tels que les nuits de ski ou encore, le service de bus express.

Revelstoke

Une déneigeuse déblaie une route bordée de grands sapins, au pied de montagnes couvertes de neige.

Parcs nationaux du Mont-Revelstoke et des Glaciers

Photo : Parcs Canada

Revelstoke compte démarrer sa saison hivernale le 27 novembre. Les mesures sanitaires, telles que le port du masque, seront semblables aux mesures mises en place à Whistler.

En revanche, les réservations ne seront pas requises pour les détenteurs d’abonnements ou de billets achetés d’avance.

Mont Washington (Île de Vancouver)

Un remonte-pente.

Vue sur la station de ski du Mont Washington, sur l'île de Vancouver.

Photo : Crédit : site web de Vancouver Island

La saison hivernale devrait s’amorcer le 4 décembre au mont Washington. Dean Prentice, le gestionnaire principal, réitère l’importance du port du couvre-visage. Il affirme aussi que la priorité sera donnée aux abonnés.

Les détenteurs d’abonnement de saison auront la priorité. Nous voulons nous assurer qu’ils pourront venir skier sur les pistes quand ils le voudront, sans avoir à réserver.

Dean Prentice, gestionnaire de la station du Mont Washington

Pour Anik Champoux, qui dévale les pistes depuis plus de 40 ans, comme pour d’autres, vivre une saison de ski en pleine pandémie va être une expérience unique.

Malgré les mesures sanitaires qui viennent complexifier la donne, la skieuse a bon espoir de pouvoir profiter de la neige et des montagnes en plus grande tranquillité, avec notamment, moins de touristes internationaux.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !