•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers des rues piétonnes cet hiver à Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La rue Saint-Jean est piétonne entre la rue D'Auteuil et la côte du Palais

Le reportage d'Alexandre Duval

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Les rues piétonnes vont peut-être continuer à animer certains quartiers de Québec pendant l'hiver. Si l'idée commence à peine à circuler concernant la rue Saint-Joseph en basse-ville, une demande officielle sera bientôt faite concernant la rue Saint-Jean, dans le Vieux-Québec.

La majorité de mes membres ont de l'intérêt pour ça, assure le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du Vieux-Québec, Jacques-André Pérusse.

Il indique que la Ville sera informée des intentions de la SDC dans les prochains jours. L'idée serait de garder la rue Saint-Jean piétonne, mais uniquement lors des fins de semaine achalandées, entre la rue d'Auteuil et la côte du Palais.

C'est sûr que pendant le Marché de Noël, il y a des fins de semaine importantes, cite en exemple M. Pérusse.

À l'approche du Carnaval, ce serait la même chose. La Saint-Valentin [aussi], donc on est capable de faire un calendrier où on demanderait à tout le monde d'être là, d'être ouvert.

Jacques-André Pérusse, directeur général de la SDC du Vieux-Québec
Jacques-André Pérusse, directeur général de la SDC du Vieux-Québec

Jacques-André Pérusse, directeur général de la SDC du Vieux-Québec

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Un bon coup de main

En basse-ville, l'idée n'est pas encore aussi avancée. La SDC Saint-Roch n'a d'ailleurs pas voulu commenter le cas de la rue Saint-Joseph, sous prétexte que les commerces membres ne se sont pas prononcés sur cette question.

Néanmoins, des établissements du quartier ne cachent pas leur désir que cette artère reste réservée aux piétons les fins de semaine durant l'hiver. C'est notamment le cas de la microbrasserie La Barberie.

Le directeur du salon de dégustation, William Garant, pense que les retombées iraient au-delà du secteur interdit aux automobiles.

Je suis à peu près certain que ça peut donner un bon coup de main à pas mal de monde, même ceux qui ne sont pas nécessairement sur ces artères-là qui sont piétonnisées, dit-il.

William Garant, directeur du salon de dégustation de La Barberie

William Garant, directeur du salon de dégustation de La Barberie

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Les gens ne s'attableront sans doute pas à l'extérieur pour souper comme ils l'ont fait cet été, admet M. Garant. Mais, selon lui, la simple possibilité de pouvoir marcher sans être limité aux trottoirs pourrait bien s'avérer attirante.

Je pense aussi aux petites familles, tu pars en traîneau avec les enfants [...] en plein centre de la rue, tu arrêtes dans un café, au magasin de jouets, tu vas t'attraper un lunch un peu plus loin, c'est convivial.

William Garant, directeur du salon de dégustation de La Barberie

Animer : une priorité

La copropriétaire des restaurants Le Voisin et Chéri Coco est du même avis. Pascaline Gouin admet qu'en pleine pandémie, la piétonnisation de la rue Saint-Joseph a été salvatrice cet été.

Niveau restauration, ça a fait une énorme différence. Juste deux tables de plus [à l'extérieur], ça nous a permis de pallier un peu ce qu'on a perdu en dedans, dit-elle.

Cependant, Mme Gouin affirme que le défi sera plus grand en hiver. La rue devra être animée afin que le public ait une raison de s'y rendre. Elle s'en remet à la SDC Saint-Roch pour investir les sommes nécessaires.

Je pense que la restauration est dans un moment très difficile, extrêmement difficile. On n'a pas de budget à mettre pour de grandes installations, donc on va avoir besoin d'aide.

Pascaline Gouin, copropriétaire des restaurants Le Voisin et Chéri Coco
Pascaline Gouin, copropriétaire des restaurants Le Voisin et Chéri Coco

Pascaline Gouin, copropriétaire des restaurants Le Voisin et Chéri Coco

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Ouverture

À la Ville de Québec, on dit ne pas encore avoir reçu de demande formelle pour faire des rues piétonnes hivernales. La Ville demeure ouverte à des aménagements hivernaux pour les artères qui pourraient se faire dans le cadre de fêtes ou d'activités précises, comme les activités du 31 décembre ou le Carnaval , indique par courriel le porte-parole David O'Brien.

Jacques-André Pérusse, de la SDC du Vieux-Québec, affirme qu'en contexte de pandémie, des rues piétonnes seraient un atout pour les grands événements, puisque le nombre de personnes admises sur un même site risque d'être limité.

Si au moins, pendant qu'ils ne peuvent pas aller au carré D'Youville, ils peuvent se promener sur Saint-Jean, prendre un petit café, ça va être déjà animé en soi!

Jacques-André Pérusse, directeur général de la SDC du Vieux-Québec

M. Pérusse dit aussi avoir déjà déposé un projet auprès de la Ville de Québec pour décorer la rue Saint-Jean et la côte de la Fabrique afin de rendre les lieux encore plus agréables à visiter durant l'hiver.

Contrairement au Vieux-Québec, la SDC Saint-Jean-Baptiste n'a pas statué sur la possibilité de continuer à fermer sa portion de la rue Saint-Jean à la circulation automobile, cet hiver.

La directrice générale de l'organisation, Marie-Noëlle Bellegarde, dit ne pas avoir eu de demande de ses membres en ce sens. La porte n'est pas fermée, mais elle n'est pas ouverte non plus.

Quant à la SDC Montcalm, le directeur général Jean-Pierre Bédard indique que les trois quarts de ses membres sont satisfaits de la piétonnisation de l'avenue Cartier pendant l'été.

Par contre, il n'est pas question pour l'instant de poursuivre l'expérience durant la saison froide, hormis peut-être dans un contexte festif comme celui du Carnaval.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !