•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commerce en ligne a explosé pendant la pandémie

Un homme manipule un ordinateur en tenant une carte de crédit.

Un homme manipule un ordinateur en tenant une carte de crédit.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le commerce en ligne a gagné du terrain au Saguenay-Lac-Saint-Jean pendant la pandémie. Le contexte a poussé des entrepreneurs de la région à prendre le virage numérique ou à bonifier l’offre existante.

Alors que le Québec en entier s’est retrouvé sur pause au printemps, la propriétaire de la boutique La Fabrik de Chicoutimi, Valérie Arseneault, a dû revoir son offre numérique. Avant la pandémie, les bijoux étaient les seuls éléments en vente sur le web. Depuis, tous les produits de la boutique y figurent.

La demande des clients a été telle que Valérie Arseneault s’est retrouvée dans l'obligation d’acquérir un camion de livraison.

On a commencé à faire des événements en direct sur les réseaux sociaux où on essaie des vêtements. Il y a environ 400 personnes en ligne qui nous écoutent et qui achètent directement sur le site Internet. On reçoit environ entre 100 et 150 commandes durant la soirée , témoigne Valérie Arsenault.

La hausse des transactions en ligne s’est également fait sentir chez Mode Choc. L’entreprise jeannoise s’est retrouvée face à une demande presque trop élevée. La directrice générale adjointe, Christel Roussy, confirme une augmentation des achats en ligne de l’ordre de presque 500 %.

Même si plusieurs entreprises ont observé des hausses considérables de leurs ventes en ligne, force est d’admettre que d’autres entrepreneurs n’ont pas encore emprunté ledit virage numérique.

On a un bassin d'entreprises énorme au Saguenay-Lac-Saint-Jean qui ont besoin de faire le virage numérique et c'est la même chose pour le virage vers les sites transactionnels. [...] La pandémie a été un peu comme le gaz sur le feu. On a accéléré un peu le virage. Ceux qui l’avaient préparé sont sortis vraiment gagnants, on l’a vu dans les chiffres. C’est assez impressionnant, indique Keyven Ferland, fondateur de La Web Shop.

Il confirme cette tendance alors que 75 % des contrats obtenus par La Web Shop concernent la mise sur pied d’un site transactionnel. L’entreprise a d’ailleurs pris la décision de se dédier entièrement au développement de boutiques en ligne.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !