•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Rimouski interpelle la SQ à la veille d’une manifestation anti-masque

Un homme déchire son masque.

Un peu partout dans le monde, des citoyens critiquent vertement l'obligation de porter le masque dans les lieux publics.

Photo : getty images/istockphoto / skynesher

Le maire de Rimouski, Marc Parent, espère que les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) feront respecter la distanciation physique lors de manifestations contre le port du masque prévues au cours des prochaines semaines dans la ville.

M. Parent a fait part de ses préoccupations dans un message publié sur sa page Facebook. Il y affirme avoir envoyé une lettre officielle aux dirigeants de la Sûreté du Québec pour leur faire part de [son] désir de voir la SQ appliquer les réglementations gouvernementales.

Mon message s’applique à toute manifestation à partir du moment où il y a un non-respect des règles de distanciation physique, précise le maire en entrevue avec Radio-Canada. C’est important que la Sûreté du Québec utilise les pouvoirs qui lui ont été donnés par le gouvernement du Québec.

Marc Parent lors d'une conférence de presse.

Le maire de Rimouski, Marc Parent (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Ce message est toutefois envoyé à la veille d’une manifestation pour la fin de l’état d’urgence sanitaire prévue samedi au centre-ville de Rimouski. Les autorités municipales s’inquiètent également pour une autre manifestation, prévue le 3 octobre au parc Beauséjour, où des figures phares du mouvement anti-masque prendront la parole.

Tout le monde est libre d’avoir leurs propres opinions, note le maire qui ne se dit pas contre la liberté d’expression. C’est sûr qu’il y a un certain paradoxe, lorsqu’on voit ces gens-là manifester pour une plus grande liberté alors que potentiellement les actions qu’ils prennent viendront continuer à diminuer notre liberté.

Le maire craint surtout une recrudescence des cas de COVID-19 dans la région si les participants à la manifestation ne respectent pas les règles de distanciation physique imposées par Québec, surtout que, selon le directeur de santé publique du Québec, Horacio Arruda, la province au début de cette seconde vague de contamination.

La situation s’en va vraiment dans le mauvais sens […] et on a tous une responsabilité à prendre là-dedans, explique Marc Parent. Inévitablement, si un seul cas sort de cette manifestation-là, il la propagera à une, deux ou trois autres personnes et ainsi de suite, ce sera nous tous dans la région qui paiera pour ça.

Un effort supplémentaire pour protéger les autres

Du côté de la Sûreté du Québec, on confirme que la lettre est effectivement en transit auprès des responsables concernés. Le corps policier refuse toutefois de commenter publiquement le contenu de la lettre avant de considérer les arguments qu’elle contient.

Concernant la manifestation prévue samedi à Rimouski, une porte-parole de la SQ rappelle d’abord que les gens ont le droit de manifester dans le respect des lois et réglementations et préfère attendre de voir ce qui va se passer.

Ce que nous souhaitons, par contre, de la part des manifestants, c’est de faire preuve d’un effort supplémentaire, malgré leurs revendications, pour se protéger les uns les autres, explique Anne Mathieu, porte-parole pour la SQ. C’est valable pour eux, pour leurs amis, pour leur famille et leurs voisins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !