•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Weaver « n'est pas vert », dit la chef du Parti vert de la C.-B.

Sonia Furstenau et Andrew Weaver sont debout côte à côte.

Sonia Furstenau estime que la parole de l'ancien chef des verts ne compte plus autant.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

La chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Sonia Furstenau, prend ses distances avec son prédécesseur, Andrew Weaver, après que celui-ci a déclaré soutenir le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), John Horgan, en vue des élections provinciales du 24 octobre.

Il n'est pas vert. Bien sûr qu'il n'est pas vert, a commenté Sonia Furstenau, vendredi, quelques heures après la publication d'un article dans le journal Globe and Mail dans lequel Andrew Weaver dit qu'il souhaite le maintien de John Horgan au poste de premier ministre.

[Andrew Weaver] n'est pas vert parce que, si on est vert, on ne donne pas son [soutien] à quelqu'un qui a donné 6 milliards de dollars à l'industrie de la fracturation hydraulique, a-t-elle ajouté, faisant allusion à l'incitatif fiscal offert en 2019 par le gouvernement aux producteurs de gaz naturel liquéfié.

À l’époque, le Parti vert, tout comme son chef, Andrew Weaver, y était opposé.

Sonia Furstenau a rappelé que le député d'Oak Bay-Gordon Head n'est plus membre du caucus vert depuis janvier. Elle ne sait toutefois pas s'il est toujours inscrit comme membre du parti. C'est à lui de répondre, a-t-elle dit.

Andrew Weaver n'était pas disponible pour une entrevue vendredi.

De la climatologie à la politique

Andrew Weaver a été un professeur de climatologie à l'Université de Victoria renommé, participant notamment au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), avant de s'engager en politique.

Élu député vert à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique en 2013, réélu en 2017, il a été chef du Parti vert provincial de 2015 à janvier 2020.

Or, dans une entrevue accordée au Globe and Mail, publiée vendredi, Andrew Weaver a offert son soutien au chef du NPD dans la perspective des élections anticipées du 24 octobre.

Est-ce que je pense que M. Horgan mérite un deuxième mandat? Certainement, a-t-il déclaré. « [M. Horgan] a fait un très bon travail. »

C'est la première fois depuis le déclenchement des élections, lundi, qu'Andrew Weaver offre son soutien au chef du NPD de la province.

Nous avons si bien collaboré pendant trois ans que j'aurais du mal à faire semblant d'être un opposant et à faire campagne contre lui, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !