•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Breonna Taylor : sa famille réclame des documents judiciaires

Un mémorial dédié à Breonna Taylor.

À Louisville, le souvenir de Breonna Taylor est toujours bien présent.

Photo : Reuters / Eduardo Munoz

Radio-Canada

La famille de Breonna Taylor, tuée lors d'une intervention policière à son domicile, et leurs avocats ont vivement critiqué le procureur général du Kentucky pour ne pas avoir déposé d'accusations contre les policiers impliqués dans l'affaire, vendredi.

Ses proches ont réclamé la publication du compte rendu des procédures liées au grand jury mis sur pied dans le dossier, tout en s'engageant à continuer de manifester jusqu'à ce que les policiers impliqués soient accusés.

Tamika Palmer, la mère de Breonna Taylor, a déclaré dans un communiqué lu par un proche lors d'un rassemblement à Louisville qu'elle ne s'attendait pas à obtenir justice de la part du procureur général Daniel Cameron.

Ben Crump, un avocat représentant la famille, a pressé M. Cameron de publier les comptes rendus, afin de déterminer si quelqu'un était présent lors des procédures pour donner une voix à Mme Taylor.

Le gouverneur de l'État, le démocrate Andy Beshear, a aussi demandé à M. Cameron de publier toutes les preuves possibles.

La porte-parole du procureur général, Elizabeth Kuhn, a fait savoir que M. Cameron comprenait que la famille de Mme Taylor ressentait une peine et une angoisse immenses, et que la décision du grand jury ne correspondait pas à celle qu'elle espérait.

Mais, a ajouté Mme Kuhn, « les procureurs et les membres du grand jury sont liés par les faits et par la loi ».

La légitime défense

Breonna Taylor, une femme noire qui travaillait dans les services hospitaliers d'urgence, a été atteinte par plusieurs balles tirées par des policiers blancs, après que son copain eut ouvert le feu en direction des agents. Le petit ami dit avoir agi en légitime défense, blessant un policier au passage.

Les autorités effectuaient une enquête liée à la drogue et sont entrées dans le logement en raison d'un mandat lié à un suspect qui ne vivait pas à cet endroit, et aucune drogue n'a été découverte dans l'appartement.

Daniel Cameron parle derrière une tribune.

Le procureur général du Kentucky, Daniel Cameron.

Photo : Associated Press / Timothy D. Easley

M. Cameron a affirmé que l'enquête a démontré que les policiers avaient agi en légitime défense. Le grand jury a accusé un policier, qui a déjà été congédié, pour avoir tiré un projectile dans un logement voisin.

En proie à d'importantes manifestations depuis l'éclatement de l'affaire, mais plus spécialement depuis l'annonce du verdict du grand jury, Louisville est à la croisée des chemins.

Le FBI, la police fédérale américaine, enquête toujours pour déterminer si les droits civiques de Mme Taylor ont été violés. Certains misent sur cette procédure, mais le fardeau de la preuve dans ce genre d'affaires est très important.

Manifestations et frustrations

Que ce soit lors de rassemblements où les militants crient « Black Lives Matter! », du nom du mouvement pour la justice envers les Noirs, ou en entretenant le mémorial dédié à Mme Taylor, les manifestants sont bien présents à Louisville et ailleurs aux États-Unis.

Certaines manifestations organisées à Louisville ont dégénéré. Le gouverneur a fait appel à la Garde nationale pour des « missions limitées ».

La représentante démocrate de l'État Attica Scott, qui a dit avoir été arrêtée jeudi soir en se rendant vers une église où se réunissaient des protestataires, a critiqué la réponse des autorités face aux manifestations.

Attica Scott est dehors entourée de gens, elle tient un micro devant son couvre-visage.

La représentante démocrate de l'État du Kentucky Attica Scott a participé à une conférence de presse vendredi pour exiger que le procureur général rende public le compte rendu des délibérations du grand jury.

Photo : Associated Press / Darron Cummings

Il est clair que toutes ces agences policières ici à Louisville, avec des services locaux, étatiques et fédéraux, se préparent pour une guerre contre les gens qu'elles sont censées protéger, a dit Mme Scott, qui a qualifié de « ridicules » les accusations portées contre elles.

Mme Scott, la seule représentante noire au Capitole du Kentucky, a été accusée d'avoir participé à une émeute, ainsi que de non-respect d'une demande de se disperser et de rassemblement illégal.

Depuis la mort de Breonna Taylor, certaines choses ont changé à Louisville. En plus du congédiement du policier, qui a plus tard été accusé, trois autres ont été relégués à des tâches administratives.

Des responsables ont aussi interdit les mandats permettant d'entrer chez les gens sans frapper, qui sont au coeur de l'affaire Taylor, et ils ont embauché une femme noire comme cheffe de la police, une première dans l'histoire de la ville.

Les autorités municipales ont aussi conclu une entente à l'amiable de 12 millions de dollars américains avec la famille Taylor.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !