•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PDG d’un organisme réginois au cœur de dénonciations de harcèlement prend sa retraite

Kim Sutherland en entrevue à la CBC.

La nature des allégations qui pèsent contre Kim Sutherland n'a pas été dévoilée.

Photo : CBC

Radio-Canada

Près de 25 ans après avoir fondé l’organisme Street Culture Project, qui œuvre auprès des jeunes vulnérables, son PDG, Kim Sutherland, annonce qu’il prend sa retraite. Une décision qui survient alors qu’une tierce partie enquête sur le climat de travail de l’organisme après plusieurs publications sur le compte de dénonciation anonyme Survivor’s Stories Regina.

Ces dénonciations font état d’un climat de travail toxique et allèguent que des employés de l’organisme auraient commis des gestes de harcèlement sexuel, physique et verbal à l'endroit d’autres employés et de jeunes en difficulté.

À la fin du mois de juillet, le directeur administratif de l’organisme, Dustin Browne, avait démissionné de son poste à la suite d’allégations de harcèlement sexuel à son endroit.

Une semaine plus tard, le coprésident du conseil d’administration de l’organisme, Joey Tremblay, avait indiqué que Kim Sutherland serait tenu à l’écart en attendant les résultats de l’enquête.

Je planifie ma retraite depuis plus de quatre ans. Compte tenu des récentes allégations à mon endroit et de l’enquête au sein de l’organisme, je pense qu’il est temps pour moi de clore ce chapitre de ma vie.

Kim Sutherland, fondateur et PDG de l’organisme Street Culture Project

Il ajoute qu’il coopérera pleinement à l’enquête de la tierce partie, qui devrait se conclure au mois de novembre.

Il y a deux semaines, le conseil d'administration de Street Culture Project avait annoncé que Scott Cruickshank assumerait de façon intérimaire la direction de l’organisme. Il restera en poste jusqu’à ce qu’un successeur permanent soit choisi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !