•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour au jeu compliqué pour les Ramblers d'Amherst

L'équipe de la Nouvelle-Écosse doit commencer son camp de sélection au Nouveau-Brunswick

Un masque, avec le logo de l'équipe, est sur une table. À l'arrière-plan, les joueurs sont sur la patinoire.

Le camp des Ramblers d’Amherst s’ouvre à Memramcook. Comment concilier hockey et pandémie?

Photo : Radio-Canada / Francois Le Blanc

François Le Blanc

Les activités reprennent lentement dans la Ligue de hockey des Maritimes (LHM) avec le début des camps d'entraînement. Mais toutes les équipes ne sont pas sur le même pied d'égalité. Les restrictions sanitaires en Nouvelle-Écosse forcent les Ramblers d'Amherst à déménager à Memramcook, au Nouveau-Brunswick, pour commencer à s'entraîner.

Joueur lance la rondelle sur le gardien de but, qui s'agenouille.

Les joueurs étaient heureux de revenir sur la patinoire dans le cadre plus formel d'une équipe et d'un camp.

Photo : Radio-Canada / Francois Leblanc

En Nouvelle-Écosse, il y a une bulle de 10 personnes sur la glace, explique Jeff LeBlanc, directeur général des Ramblers d'Amherst. On ne peut pas tenir un camp d'entraînement à 10 personnes (par séance).

L'équipe de la LHM doit choisir sa formation parmi 35 joueurs invités. L'entraîneur, Doug Doull, voulait commencer tôt, ajoute LeBlanc. En s'installant à Memramcook, ils peuvent donc évaluer plus rapidement leurs joueurs, le temps que les restrictions s'allègent dans la province voisine.

Homme avec lunettes et barbe en entrevue devant l'aréna.

Jeff LeBlanc est directeur général des Ramblers.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

L'aréna Eugène (Gene) LeBlanc de Memramcook n'est qu'à une cinquantaine de kilomètres du Stadium d'Amherst, le domicile des Ramblers. Le déménagement est temporaire: jusqu'au 1er octobre.

Le club a soumis un plan opérationnel. On a parlé de ça pendant beaucoup de semaines, cet été, lance Jeff LeBlanc.

Portes avec affiches entrée et sortie.

Il faut respecter beaucoup de consignes à l'intérieur de l'aréna.

Photo : Radio-Canada / Francois Le Blanc

Il est un des membres du comité de retour au jeu de la LHM. Ça demande du travail et ça cause des casse-têtes, car la ligue doit composer avec des règlements sanitaires qui varient dans chacune des trois provinces où il y a des équipes.

Tout le monde doit porter le masque, sauf sur la patinoire. Les joueurs peuvent entrer dans l'aréna 15 minutes seulement avant la séance sur la patinoire. Ils doivent repartir sans prendre leur douche.

Bouteille à aérosol dans sur le bureau du banc des annonceurs.

On ne néglige rien: des bouteilles de désinfectant se trouvent même au banc des annonceurs.

Photo : Radio-Canada / Francois Le Blanc

C'est un petit peu différent, mentionne l'attaquant Maxime Boudreau. Mais, pour nous qui aimons le hockey, ce n'est pas ça qui dérange!

En entrevue

Maxime Boudreau entreprend sa 3e saison à Ahmerst.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Le plus grand ajustement sera la préparation avant d'aller sur la patinoire. Quinze minutes, ce n'est pas beaucoup!

Avant, on est là deux heures avant les matchs, une heure avant les pratiques, explique-t-il. Faudrait peut-être être se changer dans l'auto! On est chanceux, il fait beau. Mais, plus tard, ça sera différent.

On prend toutes les mesures pour que tout le monde soit protégé, renchérit LeBlanc. C'est la priorité. Après, c'est le hockey.

Bouteille sur le rebord de la bande. Joueur passant devant.

Les consignes sont strictes: chacun doit avoir sa propre bouteille.

Photo : Radio-Canada / Francois Le Blanc

La LHM est en discussion avec les autorités provinciales concernant les restrictions sanitaires en vue de la saison.

L'enjeu, c'est les spectateurs, car les équipes des Maritimes se fient aux revenus des guichets. On y va au jour le jour. Ça commence aujourd'hui, c'est la première étape.

Homme regardant l'entraînement et portant un masque.

Tout le monde doit porter le masque dans l'aréna.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Une première journée réussie

Les Ramblers ont ouvert leur camp jeudi après-midi. Après une réunion, un groupe a donné ses premiers coups de patin.

-Excité? Vraiment excité! C'était un long six mois, un très long six mois.

Jeff LeBlanc

C'est pas mal excitant pour tout le monde, ajoute Maxime Boudreau.

Pas d'anicroche à signaler, sauf sur le port du masque que certains oublient par moment.

En mission

La saison s'est terminée sèchement en mars dernier, en raison de la pandémie. Les Ramblers ont surpris bien des observateurs, avec une deuxième position dans leur division.

En entrevue.

Julien Hébert en sera à sa deuxième saison dans l'uniforme des Ramblers.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Julien Hébert, un joueur de centre, répond directement : Depuis ce temps-là, j'ai hâte de reprendre. La fin abrupte a laissé un goût amer au hockeyeur originaire de Dieppe.

Son coéquipier Maxime Boudreau renchérit : De ce qu'on voit, on aura une équipe très forte. On avait l'an passé une équipe jeune et on a bien fait.

Jeff LeBlanc a lancé ce message lors de la première réunion d'équipe.

On a dit aux gars, au premier jour, on est là pour gagner le championnat. Et ça commence aujourd'hui.

Jeff LeBlanc

Ils sont conscients qu'une deuxième vague de contagion pourrait compliquer la saison. Mais, Hébert est serein.

On a une bonne organisation et les dirigeants vont trouver les accommodations pour trouver des solutions.

Julien Hébert

Ils auront l'occasion d'évaluer leurs talents au cours d'un match hors-concours dimanche contre Fredericton.

Les Rapides de Grand-Sault et les Tigres de Campbellton ont déjà commencé leurs camps d'entraînement. Les deux formations du nord du Nouveau-Brunswick ont même disputé une partie hors-concours, dimanche. Les Tigres l'ont emporté 6 à 4.

Voici un exemple des mesures mises en place pour assister à ce match au Centre civique de Campbellton :

  • Le masque est obligatoire partout dans l'amphithéâtre, même pour aller aux toilettes. Il peut être enlevé lorsque le spectateur est assis à condition qu'une distance de 2 mètres soit maintenue.
  • Tous les spectateurs devront s'asseoir. Dans les Maritimes, plusieurs partisans aiment assister au match en étant debout. Mais, c'est maintenant interdit.
  • Aucun billet ne sera vendu par Internet. Les partisans pourront en acheter à la billetterie, en fournissant nom et numéro de téléphone pour retracer les acheteurs en cas d'éclosion.
  • Les portes du Centre civique s'ouvriront seulement 10 minutes avant le début de l'échauffement.

 La saison commencerait le 30 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !