•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UNEQ demande que l’assurance-emploi soit élargie au travail autonome

Suzanne Aubry.

La présidente de l’UNEQ, Suzanne Aubry.

Photo : Julien Faugère

Radio-Canada

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) a réagi au discours du Trône prononcé mercredi en réclamant l’élargissement permanent de l’assurance-emploi aux travailleuses et travailleurs autonomes.

L’organisation, qui représente 1600 auteurs et autrices, se réjouit que les personnes travailleuses autonomes puissent recevoir, à partir du 27 septembre, une Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), une mesure qui prendra le relais de la Prestation canadienne d’urgence (PCU). 

Ce soutien financier est vital pour les écrivaines et les écrivains qui ont perdu des sources de revenus importantes telles que les conférences dans les bibliothèques et divers lieux culturels ou les ateliers dans les écoles, a indiqué par voie de communiqué Suzanne Aubry, présidente de l’UNEQ.

D’une durée maximale de 26 semaines, la PCRE est bien accueillie par l’UNEQ, qui souhaite que ce type de mesure du gouvernement fédéral se poursuive après la pandémie.

L’UNEQ affirme avoir approché à cet effet le ministre du Patrimoine, Steven Guilbeault, afin de lui recommander l’élargissement permanent de l’assurance-emploi aux travailleurs et travailleuses autonomes.

L’organisation espère également que le gouvernement Trudeau tiendra ses promesses envers le milieu culturel, notamment en sévissant contre les géants numériques et en révisant la Loi sur le droit d’auteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !