•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les stations de ski se préparent malgré l'incertitude

Des skieurs s'élancent sur une pente du sommet Edelweiss, en Outaouais.

Les stations de ski s'attendent à une saison occupée malgré les mesures sanitaires en vigueur (archives).

Photo : Gracieuseté Alain Denis / Les Sommets

Radio-Canada

Avant même que les feuilles des arbres ne changent de couleur, les stations de ski de l’Outaouais sont à pied d’oeuvre pour préparer une saison de glisse qui risque d’être fort différente.

Différents scénarios ont été faits et défaits au cours des derniers mois dans tous les centres de l’Outaouais.

On a passé l’été à planifier du mieux qu’on pouvait avec les directives de la Santé publique du Québec et avec l’Association des stations de ski du Québec, indique François Bernier, directeur des services aux sports de Camp Fortune à Chelsea.

Il y a beaucoup de choses qui sont inconnues pour nous pour l’instant. On attend encore des réponses de la Santé publique. Malgré l’ensemble des scénarios, on est très optimistes, mentionne pour sa part Simon Pagé, directeur de l’expérience client du groupe Les Sommets, qui gère le centre Edelweiss à Wakefield.

Il tire son positivisme de l’enthousiasme que montrent déjà plusieurs adeptes du ski et de la planche à l’approche de la saison. D’autres entrevoient certains doutes chez les amateurs de sports de glisse.

Les gens sont un peu frileux parce qu’évidemment l’année dernière, on a eu une saison qui a été écourtée, souligne Émilie Desgagnés-Bouchard, responsable des communications et du marketing au Mont Cascades, à Cantley.

Des skieurs dévalent une pente de ski.

Des skieurs profitent des pentes de la station de ski du Mont-Cascades, en Outaouais (archives).

Photo : Radio-Canada

Son centre offre une garantie pour ceux qui se procurent des abonnements s’il y a annulation de la saison ou si elle devait être amputée de nouveau en raison de la pandémie.

Le centre Camp Fortune utilise une approche similaire. Ceux qui choisiront de ne pas se prévaloir de leur abonnement avant le 15 décembre pourront demander un crédit en vue de l’année suivante.

On est une industrie extrêmement résiliente. On a eu des saisons avec des hivers très très froids en 2014 et 2015, on a eu un hiver pluvieux en 2016. On a eu des difficultés liées à d’autres éléments, mais on est une industrie très résiliente, très créative, martèle M. Pagé.

Il souligne que la distanciation est facile à accomplir sur les pentes et que l’engouement pour les activités extérieures depuis le début de la pandémie risque de se poursuivre à l’automne et à l’hiver.

Les stations de ski attendent cependant encore des précisions sur les mesures sanitaires qui seront imposées dans les remonte-pentes et dans les chalets.

On va demander aux gens d’arriver le plus prêts possible pour aller skier, qu’ils laissent les sacs et les lunchs dans l’auto, détaille François Bernier. On va demander aux gens, s’ils viennent manger dans le chalet, d’y passer 30 minutes et de ressortir.

La vue du remonte-pente au Camp Fortune.

Le Camp Fortune prévoit mettre en place des mesures sanitaires pour la prochaine saison de ski (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Le Camp Fortune prévoit aussi l’installation de roulottes temporaires à l’extérieur pour permettre aux clients de se réchauffer, tout en maintenant la distanciation nécessaire.

On suppose qu’on va avoir les mêmes normes que dans les restaurants, donc les gens mangent plus rapidement pour un plus grand roulement. C’est moins l’aspect que les gens restent après pour relaxer, raconte pour sa part Émilie Desgagnés-Bouchard.

Les dirigeants des stations de ski de l’Outaouais ne peuvent pas chiffrer les pertes financières anticipées par une baisse possible d’abonnements et de revenus connexes, en vente de nourriture et d’alcool, par exemple.

Ils veulent seulement s’assurer de pouvoir être prêts à ouvrir leurs portes dès les premières neiges, en toute sécurité.

Avec les informations de Jonathan Jobin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !