•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Kenney promet d’autres poursuites contre Ottawa

Jason Kenney.

Le premier ministre albertain Jason Kenney a fustigé le discours du Trône du gouvernement fédéral de Justin Trudeau.

Photo : CBC

Audrey Neveu

Le premier ministre albertain Jason Kenney promet d'autres poursuites contre le gouvernement fédéral si Justin Trudeau va de l'avant avec le plan qu'il a détaillé mercredi dans le discours du Trône. À ses yeux, Ottawa s'immisce trop dans les champs de compétences des provinces.

Pour Jason Kenney, le discours du Trône était une véritable attaque contre le fédéralisme canadien.

Je ne peux même pas compter toutes les politiques [décrites dans le discours du Trône] qui viendraient interférer dans les compétences provinciales.

Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Il donne en exemple les nouvelles normes nationales que le gouvernement fédéral veut créer dans différents domaines, comme les normes sur les combustibles propres. Ces normes ne feraient que du tort à l’industrie pétrolière et gazière, qui met déjà en branle des solutions pour réduire son empreinte environnementale, selon lui.

Jason Kenney critique aussi de nouveau la loi sur l’évaluation des projets énergétiques adoptée l’an dernier, qu’il conteste en cour aux côtés d’autres provinces. Il affirme que cette loi impose une nouvelle évaluation fédérale à trois projets de mines déjà évaluées par le gouvernement albertain, une procédure superflue à ses yeux.

Ces compagnies nous disent que leurs investissements potentiels sont en péril si le gouvernement fédéral va de l’avant avec ses politiques, affirme Jason Kenney.

Celui-ci considère que certaines des politiques proposées par Justin Trudeau sont en fait des amendements constitutionnels imposés unilatéralement par le gouvernement fédéral, sans passer par le processus formel.

Ce sont des enjeux très sérieux pour la survie de la fédération canadienne , martèle Jason Kenney.

Justin Trudeau inflexible

Ce message a été repris par les députés conservateurs fédéraux, auxquels Justin Trudeau a répondu à la Chambre des communes jeudi. Leurs critiques ne sont pas constructives, selon lui.

Parce qu'ils n’ont rien [à proposer], qu'est-ce qu'ils font? Ils parlent d'une crise d'unité nationale. En réalité, madame la présidente, les Canadiens n'ont jamais été aussi unis qu'en ce moment, a tonné Justin Trudeau.

Celui-ci devra toutefois faire face aux premiers ministres provinciaux insatisfaits, qui discutent jeudi après-midi d'un nouveau plan d'attaque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !