•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« De Gaspé à Vancouver », un musicien parcourt le pays sur les traces de sa propre chanson

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le musicien Stéphane Sévigny joue de la guitare devant un lac du parc national de Banff.

D’un bout à l'autre du Canada, Stéphane Sévigny découvre le pays qui lui avait inspiré les paroles de sa chanson il y a 12 ans.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Aventuriers, sportifs, touristes, ils sont nombreux à traverser le Canada chaque été. Certains pour le défi, d'autres pour le goût du voyage, mais peu le font pour marcher sur les traces d'une chanson comme l'a fait l'auteur compositeur et interprète québécois Stéphane Sévigny.

Voir mon pays est une chanson que Stéphane Sévigny a écrite il y a 12 ans. Il y conte un départ en voyage, le souhait de s'évader à la découverte du Canada et de tous ses paysages.

Les paroles lui avaient été soufflées à l’oreille par l'inspiration elle-même, car ce pays, l’artiste de Sherbrooke ne l'avait jamais vu de ses propres yeux. Mais un soir, au début de cet été, il s’est décidé à partir. Le lendemain, après avoir vérifié ce qu'il était possible de faire malgré les restrictions liées à la pandémie, il se lançait dans un grand périple, prenant au mot ceux qu’il avait posés sur ses partitions : De Gaspé à Vancouver.

Je me suis vraiment laissé guider par la chanson et le GPS.

Stéphane Sévigny, auteur-compositeur-interprète

Un voyage dont il rêvait et dont il parlait souvent en concert : Quand je jouais cette chanson-là, les gens venaient me voir pour me dire : "Mon dieu, j'ai le goût de prendre mon auto puis de partir!" Donc, c'est ce qui est arrivé, plaisante-t-il. Au volant de sa voiture avec, pour seul bagage, sa guitare et de quoi dormir, il s'est offert, à 50 ans, l'aventure qu'il n'avait pas vécue dans sa jeunesse, ne s'arrêtant que pour faire le plein d'essence et contempler son pays.

Stéphane Sévigny lève les bras au ciel devant le lac Minnewanka à Banff.

Après avoir mis les pieds dans l'eau à Vancouver, Stéphane Sévigny fait escale à Banff et découvre le lac Minnewanka.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Sherbrooke, la Gaspésie, Québec, Val-d'Or, Thunder Bay, Saskatoon, Edmonton, Jasper, jusqu'à Vancouver, un long périple parsemé d’une multitude de wow face à la beauté des paysages, mais aussi de nostalgie.

C'est un peu de nostalgie tout le long en s'en allant vers le rêve, réaliser ce voyage-là, mais le plus grand moment de nostalgie, c'est quand j'ai mis les pieds dans l'eau à Vancouver. Là, j'ai eu un choc parce que mon voyage était terminé.

Un voyage qui s'achève n’est pas synonyme de fin des rêves pour autant. Loin de lui, l'idée de vouloir parler de politique. L'artiste veut simplement transmettre l’amour et la fierté qu’il ressent envers son pays. Et, comme un artiste aime créer, c’est en chanson qu'il veut le faire, en redonnant vie à sa chanson avec une tournée aux côtés d'artistes de chaque province, partout au pays. Dix musiciens, on se retrouve à Vancouver ou Gaspé, puis on fait dix spectacles par province, ça serait mon rêve.

En attendant, Stéphane Sévigny, est reparti sur les routes après s'être arrêté devant le mythique Stampede de Calgary, cet autre rêve pour le musicien country, qui a joué au fameux festival de Saint-Tite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !