•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus réclament plus de transparence des conseils municipaux

Un micro pour prendre parole devant le conseil municipal de Rimouski.

Une résolution appuyant la demande des élus signataires sera d'ailleurs soumise au conseil municipal de Rimouski (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une cinquantaine d'élus municipaux d'un peu partout au Québec, dont la moitié sont du Bas-Saint-Laurent, s'inquiètent du peu de transparence et de la faiblesse du processus démocratique dans certaines municipalités.

Dans une déclaration commune, ils invitent le gouvernement à agir dès maintenant et à mettre en œuvre une recommandation de la Commission Charbonneau qui visait à s'inspirer de l'Ontario et à limiter la possibilité pour les élus municipaux de débattre d'enjeux publics à huis clos.

Chaque semaine, des conseils municipaux se tiennent à huis clos dans les villes du Québec, explique dans un communiqué Évelyne Beaudin, conseillère municipale à Sherbrooke. On y discute de plusieurs sujets qui intéressent de près les citoyens et citoyennes et qui n’ont aucune raison d’être traités de façon confidentielle. Il s’agit plutôt d’une façon pour les élus d’éviter de dévoiler publiquement leur positionnement dans un débat public menant parfois à des décisions controversées, ce qui a transformé les séances des conseils municipaux en sorte de pièces de théâtre répétées à l’avance.

La conseillère municipale et chef intérimaire de Sherbrooke citoyen, Évelyne Beaudin.

Évelyne Beaudin, conseillère municipale de Sherbrooke, est l'une des signataires de la demande.

Photo : Radio-Canada

Les huis clos ne sont permis en Ontario que pour certaines exceptions soulignent les élus signataires de la déclaration, soit pour des enjeux de ressources humaines, des litiges ou de possibles acquisitions ou ventes de terrains par une municipalité.

Au nom des élus signataires de la déclaration, Mme Beaudin précise que des résolutions seront soumises à différents conseils municipaux pour qu'ils invitent, eux aussi, le gouvernement du Québec à appliquer cette recommandation de la Commission Charbonneau.

Des citoyens debout dans la salle du conseil de Rimouski.

Plus d'une centaine de citoyens étaient présents lors d'une séance du conseil municipal de Rimouski en 2018.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Certains conseils l'adopteront, certains conseils la rejetteront et certains conseils refuseront même d'inscrire le point à l'ordre du jour de leur séance. Ces différentes issues démontreront la disparité de l'exercice démocratique dans les municipalités du Québec, explique Mme Beaudin en entrevue avec Radio-Canada. Ce qui compte pour nous, c'est de soulever le débat sur la transparence dans nos municipalités afin de pousser le gouvernement à agir dès maintenant.

Les signataires de la déclaration jugent également que l’adoption d’une telle recommandation préviendra [des] comportements tels que l’intimidation et l’exclusion de certains élus.

Parmi les signataires de la lettre, on compte la conseillère municipale du Bic, Virginie Proulx, de même que les maires des municipalités de Sainte-Flavie et Sainte-Luce, Jean-François Fortin et Maïté Blanchette-Vézina.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !