•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle ligue de hockey junior voit le jour en Abitibi-Témiscamingue

Les joueurs sont côte à côte au centre de la glace tout juste avant d'affronter l'autre équipe.

Certains règlements des différentes ligues devront être ajustés avant que les joueurs puissent s'affronter sur la glace.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté : Bécard de Senneterre

En raison des restrictions de déplacement imposées aux équipes sportives, trois formations de hockey junior de l’Abitibi-Témiscamingue se sont unies avec deux autres formations afin de poursuivre leurs activités pour la saison 2020-2021.

Ainsi, les Pirates de Ville-Marie et les Titans de Témiscaming, qui évoluent normalement dans la Greater Metro Junior A Hockey League (GMHL) se joignent au Bécard de Senneterre de la Canadian Premier Junior Hockey League (CPJHL), pour former la Ligue de Hockey Junior du Nord du Québec (LHJNQ).

Deux formations de l’Outaouais et des Laurentides, les Mustangs de Maniwaki et les Buffalos de Ferme-Neuve, aussi issues de la CPJHL, complètent le portrait de cette nouvelle ligue.

La LHJNQ, dont les joueurs sont âgés entre 15 et 21 ans, prévoit un calendrier de 26 matchs. Pour l’instant, il est envisagé que la ligue soit mise en place pour une seule saison.

La présidente du Bécard de Senneterre, Doriane Grenier, souligne que l’impossibilité pour les cinq équipes de la nouvelle ligue à aller disputer des rencontres en Ontario a rapidement mené les formations concernées à s’entendre sur la création d’une nouvelle ligue.

Étant donné les nouvelles règles pour le COVID, on ne pouvait pas aller jouer en Ontario comme on le faisait l’an dernier. Ça nous a amenés à avoir des discussions avec les équipes de Maniwaki et de Ferme-Neuve pour voir s’il n’y avait pas un moyen d’ajouter des équipes. Les Pirates et le Titan nous ont contactés, et on a décidé de joindre les cinq équipes ensemble pour pouvoir jouer l’un contre l’autre, en sauvant des coûts et en restant un peu plus en région , affirme Mme Grenier.

Pour le président des Pirates de Ville-Marie, Darcy Brien, le principal avantage de la création de cette nouvelle ligue est qu’elle permettra aux jeunes de pratiquer leur sport. Le gros principal avantage, c’est qu’on va pouvoir jouer cette année. Ensuite, on a une certaine proximité qui va rendre les choses plus faciles. Donc s’ils ferment certaines régions, on va quand même être capable d’évoluer au cours de l’année. C’est principalement une question de vouloir jouer cette année. Dans les moments difficiles, on veut supporter nos joueurs en les faisant jouer , explique-t-il.

Selon la présidente du Bécard de Senneterre, la création de la ligue permettra d’abord et avant tout de disputer des rencontres, mais permettra aussi à l’organisation de sauver des coûts. On va sauver beaucoup au niveau des frais de transport. On va pouvoir faire, par exemple, l’aller-retour au lieu de devoir rester sur place et louer des chambres d’hôtel , note-t-elle.

Un joueur tente de marquer un but. Le gardien se déplace vers lui.

Le Bécard de Senneterre, les Pirates de Ville-Marie, les Titans de Témiscaming, les Mustangs de Maniwaki et les Buffalos de Ferme-Neuve forment la Ligue de Hockey Junior du Nord du Québec (LHJNQ).

Photo : Gracieuseté : Bécard de Senneterre

Du côté des Pirates de Ville-Marie, M. Brien soutient que la diminution des frais de transport, pour son équipe, sera modeste. Selon lui, les économies seront davantage réalisées sur le plan de la gestion. La grosse différence va être du côté administratif. Comme c’est une nouvelle ligue, les cinq équipes, on met du temps. On n’a pas engagé de permanence, donc on a des coûts moins élevés que dans nos ligues respectives.

Selon M. Brien, c’est la limite de 50 spectateurs par rencontre qui fera le plus mal à l’organisation. Les restrictions de partisans dans les estrades, ça va nous affecter énormément, se désole-t-il. Si on a droit à 50 partisans dans l’aréna, comparativement à Ville-Marie où on avait des assistances de 600 à 800 spectateurs, sans compter les revenus de bar, c’est ce bout-là qui va nous affecter énormément cette année.

Des compromis à faire sur les règlements

Comme les équipes formant cette nouvelle ligue sont issues de deux circuits différents, elles devront s’entendre afin d’uniformiser les règlements. Par exemple, les équipes de la GMHL peuvent aligner davantage de joueurs de 21 ans dans leur formation que les équipes de la CPJHL. Certaines règles liées aux suspensions et aux bagarres, notamment, devront aussi être ajustées.

Les représentants des équipes de la ligue s’affairent donc à peaufiner un livre de règlements commun qui permettra aux cinq formations d’amorcer la saison sur le même pied d’égalité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !