•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi vous devriez porter un masque plus souvent que vous le pensez

Un homme porte le masque.

Dans les premiers jours de la pandémie de COVID-19, il y avait peu de preuves montrant à quel point les masques pouvaient être utiles pour réduire la transmission du nouveau coronavirus. Mais les responsables de la santé publique canadiens s'entendent de plus en plus sur le fait que les masques sont un outil clé pour freiner la propagation.

Photo : iStock

Radio-Canada

Avec l'augmentation du nombre de cas de COVID-19 ces dernières semaines, plusieurs spécialistes soulignent l’importance de se couvrir le nez et la bouche plus souvent et dans divers contextes, même si les règlements locaux ne l'exigent pas.

Continuez à porter votre masque, autant que vous le pouvez, surtout avec des personnes avec lesquelles vous ne vivez pas, a affirmé lundi la médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa.

Les gens pensent que leurs résidences privées sont exemptes de la COVID-19 et n'encourent pas ce risque de transmission, déclare le Dr Zain Chagla, professeur agrégé de médecine à l'Université McMaster et consultant en maladies infectieuses au réseau hospitalier St-Joseph, à Hamilton.

Une grande partie du rebond des cas est en fait liée à la transmission dans certaines résidences privées, dit-il.

Le Dr Zaid Chagla dans un bureau.

Le Dr Zain Chagla, consultant en maladies infectieuses à St. Joseph's Healthcare Hamilton, affirme que les masques peuvent être utiles à l'extérieur lorsqu'il est difficile de maintenir l'écart sanitaire et dans les résidences privées.

Photo : CBC/Craig Chivers

Des sorties en famille, des rassemblements au chalet et un barbecue dans un parc ont tous déclenché de multiples cas d'infections, selon des responsables de la santé publique de différentes villes de l'Ontario.

L'expert en politique de la santé d'Edmonton Timothy Caulfield convient que les gens devraient s'efforcer de porter un masque en présence de toute personne n'habitant pas sous leur toit.

Si c'est un environnement intérieur et que vous ne pouvez pas obtenir ce bon espace de deux mètres tout le temps, pensez à porter un masque - même si ce sont des membres de votre famille, indique ce titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé et directeur de recherche de l'Institut de droit de la santé de l'Université de l'Alberta.

Un homme portant un masque est assis dans un autobus.

Alors que les Canadiens ont largement adopté le port du masque dans les espaces publics bondés, les experts craignent que la pratique soit moins courante à huis clos, que ce soit lors d'une réunion privée dans la cour ou à l'intérieur d'un restaurant.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Beaucoup de gens ne se soucient pas des couvre-visages à l'extérieur, car il existe un consensus sur le fait que les espaces extérieurs sont beaucoup moins risqués pour la transmission du coronavirus que les environnements intérieurs, grâce au flux constant d'air frais.

Mais le Dr Chagla estime que les masques pourraient être utiles dans tout espace extérieur achalandé où il est difficile de rester à quelques mètres l'un de l'autre. Même si vous êtes sur le patio, jusqu'à ce que vous deviez manger et boire, vous pouvez porter le masque et le remettre ensuite, dit-il. Nous devons faire en sorte que ça devienne un réflexe.

87 % des Canadiens disent que le masque est un devoir civique

Le conseil de porter un masque dans autant de contextes peut être un message déroutant après une série de directives changeantes sur le sujet au départ.

Toutefois, depuis plusieurs mois, le port du couvre-visage est une recommandation officielle du gouvernement fédéral pour les moments où la distance physique n'est pas possible.

Des règlements sur les masques obligatoires pour divers espaces publics sont également apparus dans des villes partout au pays, de la petite banlieue montréalaise de Côte-Saint-Luc aux plus grandes villes de l'Ontario, comme Toronto et Ottawa.

Un nombre croissant de Canadiens appuient également cette mesure.

Plus de 80 % soutiennent maintenant les gouvernements qui ordonnent aux gens de porter un masque dans tous les espaces publics intérieurs, a noté un récent sondage en ligne de la firme Léger et de l'Association d'études canadiennes publié mardi (Nouvelle fenêtre).

Encore plus de répondants - 87 % - ont déclaré que le port d'un masque est un devoir civique, car il protège les autres de la COVID-19.

Dans ce sondage web réalisé du 18 au 20 septembre auprès de 1538 Canadiens et de 1001 Américains de 18 ans ou plus recrutés aléatoirement, une marge d’erreur n’est pas déterminée.

Rassemblements privés et restaurants

Alors que les Canadiens ont largement adopté le masque dans des endroits comme les épiceries et les autres espaces publics achalandés, les experts craignent que la pratique soit moins courante à huis clos, que ce soit lors d'un rassemblement privé dans la cour ou à l'intérieur d'un restaurant.

Le concept est toujours valable pour les rassemblements dans sa propre maison et dans certains de ces autres établissements où vous ne pouvez pas porter de masque tout le temps, renchérit le Dr Chagla.

Vous devriez probablement porter le masque - la plupart du temps - dans ces établissements, selon lui, même si ce n'est pas obligatoire.

La Dre Anna Banerji, spécialiste des maladies infectieuses et directrice du corps professoral de la santé des Autochtones et des réfugiés à l'Université de Toronto, souligne également la nécessité pour les clients des restaurants, bars et magasins de faire plus d'efforts pour protéger les travailleurs.

Trois clients portant un masque sont assis à une table.

Des clients à la terrasse du restaurant Joey Sherway à Toronto, le 24 juin.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Parce que ce ne sont pas seulement les consommateurs, ce sont les gens qui travaillent également dans les magasins où ils sont exposés à de nombreuses personnes différentes, dit-elle. Si toutes ces personnes arrivent et ne portent pas de masque ou le portent sous le nez, cela met ces personnes en danger.

Selon l’expert Timothy Caulfield, les masques restent juste un outil pour réduire le risque de transmission, aux côtés d'autres précautions de base comme le lavage des mains et le maintien d'une distance d'au moins deux mètres de toute personne en dehors de votre foyer.

Ce message vient alors que l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, affirme que le pays est à la croisée des chemins.

Si vous parvenez à réduire les contacts et à faire le choix de ne pas aller à de grands rassemblements et à certains de ces événements sociaux, a-t-elle averti les Canadiens cette semaine, vous pourrez continuer sans confinement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !