•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sylvain Proulx accusé d’avoir menacé François Legault

Plan rapproché de François Legault assis durant une conférence de presse.

Le premier ministre du Québec François Legault.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Sylvain Proulx, un homme de 65 ans de Ripon, fait face à une accusation d'avoir proféré une menace de mort ou de causer des lésions corporelles au premier ministre du Québec, François Legault.

L'acte de dénonciation révèle que les actes reprochés se seraient déroulés le ou vers le 5 septembre dernier à Chambord, dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

[Sylvain Proulx ] a sciemment proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles à François Legault.

Extrait de l'acte de dénonciation

Les propos menaçants auraient été écrits sur Facebook après une entrevue accordée par le premier ministre à une station de radio de la région de Québec.

François Legault y encourageait les Québécois à porter le masque pour prévenir une hausse de nouveaux cas de COVID-19.

Selon la Sûreté du Québec (SQ), de nombreuses personnes ont signalé ces propos menaçants.

Selon le Directeur des poursuites criminelles et pénales, le prévenu doit comparaître le 9 novembre prochain au palais de justice de Roberval.

Pas un cas isolé

Ce n’est pas la première fois que le premier ministre fait l’objet de menaces sur les réseaux sociaux.

Début août, un homme de Sainte-Brigitte-de-Laval, près de Québec, a été arrêté pour avoir proféré des menaces envers François Legault et le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

M. Arruda a d’ailleurs porté plainte à la SQ après que des renseignements personnels le concernant se sont retrouvés sur les réseaux sociaux.

Le chef péquiste par intérim, Pascal Bérubé, a lui aussi rapporté avoir fait l’objet de propos menaçants sur les réseaux sociaux.

La SQ dit observer une hausse des propos menaçants sur le web au cours des derniers mois. Elle prévient les internautes que le Code criminel s'applique tout autant pour les propos tenus en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !