•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éducatrices en milieu familial manifestent à Trois-Rivières

Une manifestation d'éducatrices en service de garde au centre-ville de Trois-Rivières.

Les intervenantes en milieu familial ont manifesté jeudi devant les bureaux du ministre du Travail, Jean Boulet, au centre-ville de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Amélie Desmarais

Radio-Canada

Au 4e jour de la grève générale illimitée des garderies en milieu familial, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) lance devant les bureaux du ministre du Travail Jean Boulet, à Trois-Rivières, une opération appelée « déclaration fiscale ».

La FIPEQ-CSQ invite ses quelque 10 000 membres à dévoiler, de manière anonymisée, leur avis de cotisation sur un portail afin de prouver les prétentions de la Fédération sur le rattrapage salarial.

Nos membres demandent le respect, a souligné la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon. Les milieux familiaux gagnent moins que le salaire minimum et voient le ministre affirmer qu’elles gagnent des fortunes et profitent de la fiscalité québécoise. C’est indigne de la fonction qu’il occupe.

La présidente de la Fédération a également demandé à ce qu’une nouvelle offre patronale soit faite à la table de négociation. Si le ministre veut poursuivre dans son processus de médiation, il doit impérativement offrir de nouvelles offres monétaires , a déclaré Valérie Grenon.

En entrevue, le ministre Jean Boulet, qui n'était pas à son bureau de Trois-Rivières au moment de la manifestation, a tenu à souligner l'importance de leur travail pour les enfants, les parents et le marché du travail.

Sur la question du salaire des éducatrices, il réitère que la médiation qui est en cours entre les parties est la meilleure façon d'en arriver à une entente négociée.

Le ministre a nommé deux médiateurs au dossier, l'un spécialisé en relation de travail et l'autre en rémunération. Il se dit confiant qu'ils parviendront à guider les parties vers un terrain d'entente dans les plus brefs délais.

Avec les informations d'Amélie Desmarais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !