•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CHSLD : la ministre Blais vient de « tirer dans la chaloupe », dit Bérubé

Selon les partis d'opposition, la ministre Blais doit assumer pleinement ses responsabilités.

Un homme portant la barbe et un veston avec une cravate parle.

Le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé, s'est étonné des propos tenus par la ministre Blais.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

À l’Assemblée nationale, l’opposition a vu dans les propos surprenants de la ministre des Aînés, Marguerite Blais – qui a rejeté une partie du blâme du fiasco dans les CHSLD, au cours de la pandémie, sur le premier ministre François Legault et le Dr Horacio Arruda – une façon de se décharger de ses responsabilités.

Le témoignage explosif de la ministre Blais a eu de quoi surprendre le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé. Avouez que c’est sans précédent, a-t-il lancé aux journalistes lors d’un point de presse.

En laissant entendre à l’émission Enquête que les milliers de vies perdues dans les CHSLD en raison de la pandémie de COVID-19 étaient notamment la faute du directeur national de santé publique et du premier ministre, Mme Blais a agi comme une lanceuse d’alerte, s’est étonné M. Bérubé.

La ministre Blais a confié à Enquête ne pas avoir été suffisamment écoutée par ses collègues ni n'avoir eu les moyens nécessaires pour faire face à la crise de la COVID-19 dans les résidences pour aînés.

En tant que membre du Conseil des ministres, Mme Blais vient ni plus ni moins de tirer dans la chaloupe, a jugé M. Bérubé.

Ça devient un pattern. C’est la même chose qu’elle a dite à Philippe Couillard, qu’elle n’avait pas les pouvoirs, a-t-il noté. Pour préserver sa responsabilité ou sa popularité, elle jette le blâme sur son propre premier ministre!

Pour la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, l’avenir de Mme Blais à titre de ministre est en jeu. Il reviendra à M. Legault d’expliquer à la population pourquoi Mme Blais est toujours en poste, a-t-elle déclaré.

On est ministre ou on ne l'est pas, a-t-elle dit. Mme Blais est ministre responsable des CHSLD, ministre responsable des Aînés; elle est imputable, tout comme l'est le premier ministre Legault, a-t-elle ajouté.

Même son de cloche du côté de Québec solidaire, où la co-porte-parole Manon Massé a estimé que la ministre Blais devait aussi assumer pleinement lorsque les choses ne vont pas bien.

La CAQ ne peut pas s’en défaire de même; elle est au pouvoir depuis deux ans! Elle est arrivée, il y avait de l’argent dans le coffre. Et elle continue de penser que le privé, c’est bon en santé, a déploré Mme Massé.

Dominique Anglade parle au micro devant les drapeaux du Québec.

Selon Dominique Anglade, M. Legault doit « expliquer à la population pourquoi Mme Blais est toujours en poste ».

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Mme Anglade en a profité jeudi pour reprocher au Dr Arruda ses déclarations irresponsables plus tôt cette semaine lorsqu’il a évoqué la possibilité d'envoyer des policiers dans les maisons pour contrôler la propagation de la COVID-19.

La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a dû rectifier le tir, mercredi, en précisant que le gouvernement n’envisageait pas de permettre aux agents d’entrer dans les résidences privées sans mandat, contrairement à ce qu’avait affirmé M. Arruda.

Pas de sanctions en vue, assure Québec

Malgré les propos qu'elle a tenus, Marguerite Blais ne perdra vraisemblablement pas son poste. M. Legault n'a pas l'intention de la sanctionner, ont indiqué des sources proches du premier ministre.

L'entrevue que Mme Blais a accordée à Enquête a été enregistrée cet été alors qu'elle était encore en état de choc, explique-t-on en substance.

On comprend toutefois que Mme Blais, qui est dédiée à la cause des personnes âgées, voyait que son legs se résumerait à la mort de 5000 personnes, ajoutent ces sources.

En point de presse, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a pour sa part souligné que Mme Blais avait vraiment à cœur la cause des aînés, ajoutant qu'en tant que ministre des Aînés et des Proches aidants, il lui incombait de faire tout en son pouvoir pour améliorer le sort des résidents des CHSLD.

À ses côtés, le Dr Arruda n'a pas voulu réagir aux propos de la ministre Blais.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !