•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria et Nanaimo réclament des soins de santé mentale et de toxicomanie

Une personne sans-abri pleure et est consolée par quelqu'un durant le démantèlement du campement au parc Crab, à Vancouver.

On constate une augmentation du nombre de sans-abri dans les grandes villes de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Les deux plus grandes villes de l’île de Vancouver demandent au parti qui formera le prochain gouvernement de la Colombie-Britannique de mettre en place un plan pour aider les personnes les plus vulnérables.

Pour la mairesse de Victoria, Lisa Helps, et le maire de Nanaimo, Leonard Krog, la capacité de fournir des soins appropriés aux personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie doit être une priorité électorale.

Nanaimo

Nanaimo, une communauté de 100 000 habitants, compte plus de sans-abri par habitant que Vancouver, le Grand Victoria et Surrey.

Ne pas soigner les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie crée de l'itinérance et de la criminalité, affirme M. Krog.

Cela empoisonne sa communauté et génère des défis pour les propriétaires d'entreprises du centre-ville, ajoute-t-il.

Au cours de ses trois ans à la tête du gouvernement, le Nouveau Parti démocratique (NPD) aurait pu en faire davantage, mais le problème a commencé bien avant, croit-il.

C'est une crise nationale, et elle doit être reconnue comme telle.

Victoria

La mairesse de Victoria pose pour la photo.

La mairesse de Victoria, Lisa Helps, souhaite que la présente campagne électorale se penche sur la question des soins pour les personnes vulnérables.

Photo : DoddsEyeMedia / Andrew Clippingdale

La mairesse Lisa Helps souhaite que le prochain ministère de la Santé mentale et des Toxicomanies, créé en 2017 par le NPD, ait un budget élargi.

S'il rien n'est fait immédiatement, elle craint que le nombre de personnes vivant dans la rue ne souffre de lésions cérébrales liées aux surdoses de drogues illicites.

Mercredi, le Bureau des coroners a recensé 147 décès suivant une intoxication à des drogues en août, ce qui porte le nombre de morts par surdoses en Colombie-Britannique à 1068.

La mairesse espère qu’il y aura une discussion à l'échelle de la province, qui permettrait par la suite de mettre en place un mandat public pour élaborer des solutions à plus long terme.

Nos communautés ne peuvent pas se remettre économiquement [de la pandémie] si des personnes atteintes de maladies non traitées vivent à l'extérieur, affirme-t-elle.

En mars, 1523 personnes étaient sans domicile fixe dans le Grand Victoria.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !