•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire d’Ottawa veut donner le pouvoir de suspendre des policiers sans solde

Deux policiers dans les rues d'Ottawa pour la fête du Canada.

Le maire d’Ottawa demande le pouvoir de suspendre sans solde des agents qui ont été inculpés ou reconnus coupables de crimes graves. (Archive)

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Le maire d’Ottawa Jim Watson demande que les forces de police et leurs organismes de contrôle aient le pouvoir de suspendre sans solde des agents qui ont été inculpés ou reconnus coupables de crimes graves.

Mercredi, le maire Watson a annoncé qu'il présenterait une motion à la réunion du conseil du mois prochain pour demander officiellement au gouvernement de l'Ontario d'accorder cette capacité aux chefs de police ou aux commissions des services de police.

La position du maire, appuyée par la conseillère Diane Deans, présidente de la Commission des services policiers d'Ottawa, fait écho aux résolutions similaires adoptées par l'Association des chefs de police de l'Ontario (ACPO).

L’ACPO a exhorté le gouvernement de l'Ontario à modifier la Loi sur les services policiers pour permettre de telles suspensions.

Jim Watson descend un escalier dans l'hôtel de ville d'Ottawa.

Le maire Jim Watson veut demander à la province d'accorder la capacité aux chefs de police de suspendre des agents reconnus coupables de crimes.

Photo : Radio-Canada

Le fait que les agents faisant face à de graves accusations puissent toujours recevoir leur plein salaire peut diminuer le respect et la confiance du public envers l'intégrité des services de police.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Le précédent gouvernement libéral ontarien avait présenté une loi en 2017 qui donnait aux chefs de police le pouvoir de suspendre des agents sans solde dans certaines circonstances, une disposition qui a été reportée par les progressistes-conservateurs lorsqu'ils sont pris le pouvoir l'année suivante.

Des dispositions identiques ont ensuite été incorporées dans la Loi de 2019 sur la sécurité communautaire et les services policiers, qui a été adoptée par le gouvernement provincial en mars 2019 mais qui n'a jamais été proclamée en vigueur, peut-on lire dans la motion présentée par le maire.

Le Conseil municipal d'Ottawa demande au gouvernement provincial de déclare en vigueur ces sections de la Loi dès que possible.

La motion du maire Watson demande également à la province d’accélérer le processus de licenciement d'un agent reconnu coupable de faute grave ou criminelle.

La prochaine rencontre du conseil municipal d'Ottawa est prévue le 14 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !