•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les embouteillages dans les centres de dépistage entravent la lutte contre la COVID-19

Des personnes font la queue pour obtenir un test de dépistage de la COVID-19.

Il y a eu de longues files d'attente pour des tests de dépistage de la COVID-19 à Winnipeg au cours des dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

Radio-Canada

Malgré une augmentation de la capacité de traitement des tests de dépistage de la COVID-19 au Manitoba, il reste des engorgements dans les centres de prélèvement, ce qui entrave les mesures de dépistage de la maladie dans la province.

Lorsque Bronagh Nazarko a emmené l'un de ses enfants pour passer un test de dépistage de la COVID-19 à Winnipeg, elle a fini par attendre quatre heures en ligne et a raté une journée de travail.

Quand cela a été au tour de son mari d'emmener leurs deux autres enfants faire le test plusieurs jours plus tard, il a également attendu quatre heures et a manqué une journée de travail.

Cette situation a amené Bronagh Nazarko à se demander comment les autres parents arrivent à concilier garde d'enfants et de travail en attendant de subir cet examen médical, que le gouvernement du Manitoba promeut depuis six mois comme un élément central de sa réponse à la pandémie.

Nous avons la chance d'avoir des emplois de bureau assez flexibles et de pouvoir travailler à domicile, mais pour beaucoup de gens, je ne vois vraiment pas comment cela est possible, a-t-elle déclaré lors d’une entrevue mercredi.

Je peux comprendre que cela pourrait dissuader les gens de subir un test, et je crains que cela signifie que des cas ne seront pas détectés parce que les gens ne voudront pas attendre.

Toujours une forte hausse de la demande de dépistage à Winnipeg

Cela fait des semaines qu’il y a de longues files d'attente à l'extérieur du seul centre de dépistage au volant de la COVID-19 à Winnipeg, situé dans le North End, rue Main. Mais il y a aussi beaucoup de fréquentations dans les trois autres centres de dépistage de la ville.

Winnipeg est maintenant l'épicentre de l'épidémie de COVID-19 dans la province, puisqu'elle compte 335 des 418 cas actifs du Manitoba.

La province a réagi à la situation en affirmant qu'elle pourrait imposer plus de restrictions à la région sanitaire de Winnipeg si la population n'accepte pas de se rassembler en petits groupes seulement, de se laver les mains, de se tenir à une distance sécuritaire des autres et de porter un masque lorsque la distanciation physique est impossible.

Mardi, la province s'est également engagée à ouvrir un autre centre de dépistage d'ici le 28 septembre, qui sera dirigé par l'entreprise privée de soins de santé Dynacare. Celui-ci est censé collecter jusqu'à 1400 échantillons par jour dans un premier temps et pourrait par la suite recueillir jusqu'à 2600 écouvillons.

Le nouveau centre de dépistage annoncé [mardi] aidera à réduire les délais de prélèvement d'échantillons dus à l'augmentation des volumes, a déclaré Santé publique Manitoba dans un communiqué.

L'opposition officielle, elle, soutient que cette promesse n'est pas suffisante pour la population manitobaine à l'heure actuelle.

Je pense que, aujourd'hui, les gens sont fâchés d'avoir à attendre des heures en ligne, a déclaré le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Wab Kinew.

C'est quelque chose que le gouvernement a vu venir depuis au moins six mois. Alors que nous avons tous fait d'énormes sacrifices, que ce soit au niveau personnel ou social, pour essayer d’aplatir la courbe, pour donner plus de temps au gouvernement.

Pallister a misé sur le dépistage pour inspirer la confiance

Au plus fort des restrictions au Manitoba, le premier ministre, Brian Pallister, laissait entendre que le dépistage à grande échelle et le suivi des contacts seraient les clés pour permettre à la province de revenir à une situation normale.

Nous savons que, grâce à une augmentation des tests, il est plus probable que nous puissions instaurer la confiance, non seulement du grand public, mais aussi des responsables de la santé dont nous devons écouter les conseils. Nous savons qu'en faisant ça nous n’ouvrons pas la porte à une résurgence des infections à la COVID-19 dans notre province, a déclaré Brian Pallister le 16 avril.

Douze jours plus tard, il s'est engagé à augmenter la capacité de test en laboratoire à 3000 par jour avec l'aide d'un nouveau laboratoire Dynacare à Winnipeg. Celui-ci a été achevé à la fin du mois de juillet et, malgré le fait que sa date d’ouverture n’a pas été annoncée, le Manitoba peut maintenant effectuer jusqu'à 2800 tests par jour, en comptant ceux du laboratoire Dynacare et ceux du laboratoire provincial de Cadham.

Au cours des dernières semaines, la province a réalisé moins de 1500 tests par jour, en moyenne, et les Winnipégois ont commencé à se plaindre des longues files d'attente.

Contrairement au mois d’avril, lorsque les employés du secteur de la santé qui étaient inactifs en raison des restrictions sur les interventions dans les hôpitaux et les cliniques présentaient un bassin facilement accessible de main-d'œuvre qualifiée, les administrateurs de la santé se sont retrouvés incapables de trouver du personnel pour prolonger les heures d’ouverture des centres de dépistage, a déclaré le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, la semaine dernière

Wab Kinew, lui, accuse la province de trop se reposer sur une entreprise privée.

On a l’impression que le gouvernement abdique sa responsabilité au sujet de la plus importante mesure de santé actuelle, à savoir si les personnes ont ou non la COVID-19.

Les entreprises peuvent faire dépister leurs employés au travail

Il s'est également dit préoccupé par le fait que Dynacare fournit des tests de COVID-19 sur les lieux de travail pour les entreprises disposées à payer un supplément pour faire tester leurs employés.

Si quelqu'un a plus d'argent et qu'il a une entreprise enregistrée, tout d'un coup, il peut éviter l’attente. Selon moi, ce n'est pas juste et cela viole l'intérêt de la santé publique que nous avons tous dans la lutte contre la pandémie, a-t-il déclaré.

Mark Bernhardt, directeur des communications de Dynacare, à Brampton, en Ontario, a confirmé que l’entreprise fournit des tests sur les lieux de travail pour la COVID-19, ainsi que des tests sanguins pour d'autres maladies.

Tous les échantillons recueillis auprès de clients privés sont traités dans un laboratoire à Brampton, a-t-il assuré, et n'ont donc pas d'incidence sur le temps d'attente dans les laboratoires publics à Winnipeg.

Selon des informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !