•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discours du Trône : Jason Kenney déçu, l’industrie pétrolière soulagée

Jason Kenney.

Jason Kenney voulait plus de soutien à l’industrie énergétique, une augmentation des transferts en santé et une réforme du programme de stabilisation.

Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Le premier ministre de l’Alberta a fustigé Ottawa pour son manque de soutien à l’industrie des hydrocarbures dans le discours du Trône. La réaction du secteur était toutefois beaucoup plus nuancée.

Dans un communiqué, Jason Kenney a exprimé sa déception à ne pas avoir entendu Justin Trudeau reconnaître l’étendue de la crise que vit le secteur énergétique. Citant les données de Statistique Canada, il a souligné que 43 000 emplois ont été perdus dans les ressources naturelles.

Dans un discours de 6783 mots, pas un n’a reconnu la crise de la plus importante industrie du Canada.

Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

À la place, nous avons entendu une litanie de politiques qui étouffent l’investissement et menacent les emplois alors que nous avons besoin de cette industrie qui génère 20 % des revenus gouvernementaux au Canada, a-t-il déclaré.

Jason Kenney somme le gouvernement fédéral de suspendre ce qu’il appelle des politiques injustes comme la taxe carbone et la loi modifiant les évaluations environnementales des grands projets d’infrastructure. La province poursuit en justice le gouvernement pour ces deux politiques.

Le premier ministre a également réitéré sa demande de réforme du programme de stabilisation.

L’opposition officielle en Alberta aurait également aimé la mention d’une aide spécifique à la province dans le discours du Trône.

Une industrie pétrolière plutôt positive

Autre son de cloche, toutefois, du côté de l’industrie. Même si les mots pétrole et gaz n’ont jamais été prononcés, l’Association canadienne des producteurs pétroliers a apprécié les quelques mentions faites aux secteurs des ressources naturelles.

Le gouvernement prendra des mesures pour soutenir les secteurs de la fabrication, des ressources naturelles et de l’énergie dans leurs efforts de transition vers un avenir zéro émission, en créant des emplois bien rémunérés et durables, a notamment souligné la gouverneure générale.

Tim McMillan.

Le discours du Trône n’a répondu qu’à une des trois attentes du président de l’Association canadienne des producteurs pétroliers, Tim McMillan.

Photo : Radio-Canada

Il y a des opposants à notre industrie qui ont présenté un plan de relance excluant le pétrole et le gaz. Nous sommes contents que le gouvernement fédéral ait explicitement affirmé que reconstruire mieux dépendra du secteur pétrolier et gazier et des connaissances que nous pouvons apporter, a expliqué Tim McMillan.

Il a ajouté que les mentions du secteur énergétique auraient dû être plus explicites pour, notamment, envoyer un signal plus clair et plus inspirant aux investisseurs étrangers.

Le discours du Trône n’a pas non plus apporté de réponse aux autres demandes de son organisation, à savoir un régime fiscal plus avantageux et un assouplissement des réglementations comme les Normes sur les combustibles propres.

M. McMillan croit cependant qu’Ottawa lui a donné tous les outils pour avancer dans ces dossiers. Si le gouvernement veut aider l’industrie à créer des emplois durables [...] le plus grand obstacle, ce sont des politiques inefficaces comme les normes sur les combustibles propres, explique-t-il.

Le manque de détails souligné

L’Association des explorateurs et producteurs du Canada (EPAC), qui représente les petites et moyennes entreprises du secteur des hydrocarbures, est tout aussi positive.

Dans le processus de décarbonisation, nous allons avoir besoin d’un engagement fort du gouvernement fédéral et j’étais content de voir cet aspect reconnu.

Tristan Goodman, président, EPAC

La prolongation de la subvention salariale d’urgence du Canada devrait permettre d’appuyer plusieurs de ses membres.

Il aurait toutefois aimé qu'il y ait plus de détails sur les technologies qui serviront à cette décarbonisation, comme la captation et le stockage du carbone.

Tout est dans les détails, a dit le président du Conseil des affaires de l’Alberta, Adam Legge, en écoutant le discours du Trône.

Il décrit le discours comme un vaste plan cher. L’objectif de créer 1 million d’emplois est intéressant, selon M. Legge, mais il demande des actions plus concrètes que celles proposées mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !