•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sentier récréatif de Prescott et Russell : des maires rejettent l’entente de principe conclue avec VIA Rail

Une barrière de métal bloque l'accès aux véhicules à l'entrée du sentier récréatif de Prescott et Russell.

L'entrée du sentier récréatif de Prescott et Russell.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

L’entente de principe conclue tout récemment entre les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) et VIA Rail permettant le maintien du sentier récréatif de Prescott et Russell a été rejetée par des maires de la région mercredi au terme d’un vote enregistré.

Les maires d'Alfred-Plantagenet, de La Nation, de Casselman, de Russell et d'Hawkesbury-Est se sont opposés au prolongement d’une durée de deux ans du bail liant les CUPR et le transporteur ferroviaire.

Seuls ceux de Clarence-Rockland, du Canton de Champlain et d'Hawkesbury ont voté en faveur de la résolution.

Un rapport qui pèse lourd dans la balance

Un rapport présenté plus tôt au début de la réunion régulière mensuelle a pesé lourd dans la décision des maires.

Le département des travaux publics des CUPR a procédé à une évaluation préliminaire des coûts reliés à l’entretien futur du sentier récréatif qui est aménagé sur une ancienne voie ferroviaire appartenant à VIA Rail.

Le couloir long de 72 kilomètres, qui compte plus d’une centaine de ponceaux et un total de 8 ponts, nécessiterait des investissements importants au cours des 10 prochaines années afin d’assurer une utilisation sécuritaire de la piste.

Un pont du sentier récréatif

L’entretien et le maintien des infrastructures le long de la piste, notamment les ponts et les ponceaux, vont nécessiter des investissements importants au cours des prochaines années.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Il faudrait […] au moins commencer à dépenser […] des sommes aux alentours de 400 000 $ à 600 000 $ [annuellement] pour les années à suivre, a indiqué le directeur par intérim des travaux publics des CUPR, Jérémie Bouchard.

Autrement dit, en continuant à exploiter le sentier récréatif à long terme, les CUPR pourraient devoir s'engager à investir environ 6 millions de dollars au cours des 10 prochaines années en excluant l’inflation.

Préavis de résiliation

Or, ce scénario a été accueilli froidement par une majorité de maires.

Surtout que les CUPR procèdent depuis plusieurs années à l’asphaltage progressif des accotements des routes sous leur responsabilité afin de rendre la région encore plus attrayante auprès des cyclistes.

J’aime ça quand on dépense nos sous sur des chemins qui nous appartiennent. Aller dépenser de l’argent sur une piste cyclable qui ne nous appartient pas, moi, à long terme, je ne vois pas un gain là-dedans pour les résidents, a lancé le maire de La Nation, François St-Amour.

En contrepartie, le maire de la Cité de Clarence-Rockland, Guy à Desjardins, tient mordicus à maintenir la portion du sentier qui traverse sa municipalité.

Moi, je ne veux pas toute la piste. Je veux seulement les sections que nous avons chez nous. […] Et si on voit [que VIA Rail ne veut] rien savoir de nous donner les deux secteurs qu’on veut avoir, bien là, on jouera au poker avec eux autres, a lancé ce dernier.

Un compte à rebours de 90 jours sera enclenché dès que les CUPR auront fait parvenir un préavis de résiliation par écrit à VIA Rail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !