•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine retrouve son lustre d'antan

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La maison restaurée, de l'extérieur, entourée de tours à condos au centre-ville de Montréal.

Le reportage de Mathieu Prost

Photo : Raphaël Thibodeau

Radio-Canada

Abandonnée pendant plus de 30 ans, la maison de l’ancien premier ministre du Canada-Est, Louis-Hippolyte La Fontaine, au centre-ville de Montréal, a retrouvé son aspect de 1849.

La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine a été inaugurée mercredi matin, au terme d’une restauration, réalisée par le Groupe Brivia et le Groupe Tianco, qui a duré près de six ans et a coûté environ 6 millions de dollars.

Les travaux ont été complexes et délicats, a admis Anik Shooner, architecte associée principale de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, firme responsable du projet.

La maison a été démontée et les pierres, numérotées afin de pouvoir la reconstruire à l’identique.

Anik Shooner, architecte associée principale de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Très peu d’éléments ont donc été remplacés et les murs de côté, en brique et crépis, ont été refaits de la même façon qu’à l’époque de leur construction.

Même des marques de projectiles lancés sur la façade par des émeutiers en avril 1849 ont été conservées.

Les travaux de l’intérieur de la maison ne sont toutefois pas terminés.

La maison vue de côté. Au premier plan, les jeunes pommetiers.

Pour faire un clin d’œil au verger d’origine, des pommetiers décoratifs ont été plantés sur le terrain.

Photo : Raphaël Thibodeau

Un bâtiment important pour l’architecture et pour l’histoire

Pour Bernard Vallée, animateur en histoire et patrimoine chez Montréal Exploration, la restauration de la maison de Louis-Hippolyte La Fontaine est une bonne nouvelle. Elle est, selon lui, un symbole à la fois historique et architectural.

Au niveau de l’architecture, c’est un des derniers vestiges d’une de ces grandes villas qui couvraient les flancs du mont Royal, une villa néoclassique en matériaux nobles.

Bernard Vallée, animateur en histoire et patrimoine chez Montréal Exploration

Au niveau de l’histoire, ça a été pendant 15 ans la résidence du co-premier ministre du Canada-Uni [avec Robert Baldwin], donc un personnage extrêmement important, puisque c’est lui qui a placé un des premiers jalons de la démocratie au pays avec l'obtention du gouvernement responsable. Le gouvernement était responsable devant le Parlement et non plus devant le monarque, a-t-il expliqué en entrevue à l’émission Le 15-18.

Elle a aussi été le théâtre d’importantes émeutes en 1849, rappelle Bernard Vallée, alors que les gens les plus conservateurs de l’époque, refusant cette avancée démocratique [...] ont pris d’assaut cette maison, espérant que le premier ministre était dedans.

La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine en quelques dates marquantes

  • 1844-1846 : construction de la maison de trois étages. Elle a une superficie d’environ 5970 pieds carrés sur un terrain d’environ 17 761 pieds carrés.
  • 1849 : Louis-Hippolyte La Fontaine devient propriétaire de la maison.
  • 25 avril 1849 : l'édifice du Parlement de la place d’Youville est incendié durant des émeutes liées à la sanction de la Loi sur l’indemnisation des personnes ayant subi des pertes matérielles lors de la rébellion de 1837-1838, proposée par Robert Baldwin et Louis-Hippolyte La Fontaine.
  • 26 avril 1849 : les émeutes reprennent, et les manifestants se dirigent vers la maison de La Fontaine et l’assaillent.
  • 15 août 1849 : nouvelle tentative d’incendie de la maison par des émeutiers après des arrestations relatives aux événements des 25 et 26 avril. La Fontaine s’installe par la suite à Toronto, mais demeure propriétaire de la maison.
  • 1987-1988 : la Ville de Montréal autorise sa démolition pour la construction d’un projet immobilier, mais la maison échappe de justesse à ce triste sort. Elle est cependant abandonnée et laissée aux mains de squatteurs.
  • 2011 : acquisition du terrain, incluant la maison, par le Groupe Brivia et le Groupe Tianco.
  • 2012 : le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012.
  • 2014-2020 : restauration de la maison pour lui redonner l’aspect architectural qu’elle avait au moment où elle a été habitée par La Fontaine.

Le résultat de la restauration correspond aux attentes de la Ville de Montréal, qui ne prévoit pas faire de proposition d'achat. Vous mettez la barre haute pour les projets de ce genre, et il faut ça, il faut qu’il y ait de l’émulation, a déclaré Anne-Marie Sigouin, conseillère de la Ville et présidente de la Commission sur la culture, le patrimoine et les sports.

La maison sera, selon Bernard Vallée, destinée à un usage privé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !