•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compte à rebours pour un vaccin antigrippal gratuit au Nouveau-Brunswick

Une infirmière administre un vaccin.

Les hôpitaux seront les premiers à recevoir les vaccins au Nouveau-Brunswick.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick confirme avoir commandé plus de 400 000 doses de vaccin contre la grippe. La première livraison doit arriver d’ici la fin du mois de septembre, et être en pharmacie dès la première semaine d’octobre.

Comment vacciner possiblement plus de la moitié de la population du Nouveau-Brunswick contre la grippe saisonnière, et ce, en pleine pandémie? Voilà un nouveau défi que propose l’année 2020.

Plusieurs mesures sanitaires seront bien sûr exigées, pour prévenir la propagation de la COVID-19.

La Santé publique a conseillé aux pharmaciens de ne pas prendre de rendez-vous avant d’avoir les vaccins sur place.

C’est ce que compte faire Kevin Duplisea, pharmacien de la région de Sussex. Selon ce dernier, la sécurité de tous est une préoccupation majeure et les rendez-vous aident à contrôler le flux de circulation.

Le pharmacien Kevin Duplisea, dans une pharmacie. Il porte le masque sanitaire et a dans sa main une aiguille pour faire un vaccin.

Le pharmacien Kevin Duplisea prévoit commencer à prendre des rendez-vous dès qu'il aura des produits dans son magasin de Sussex.

Photo : CBC / Roger Cosman

Les futurs vaccinés sont encouragés à porter leur propre masque et à le garder lors de l’attente sur place. Ils devront aussi se laver les mains avant d’entrer dans la pharmacie. Une auto-évaluation pour la COVID-19 est aussi exigée de tous.

Si vous avez de la fièvre, des difficultés respiratoires, un mal de gorge, une nouvelle toux ou une aggravation de la toux, ne venez pas, a expliqué Kevin Duplisea. Appelez à l’avance.

Les pharmaciens porteront également leur masque et garderont leurs distances jusqu’au moment d’effectuer le vaccin. Ils se laveront aussi les mains.

Deviner la quantité de vaccins nécessaires

Selon l’épidémiologiste Colin Furness, il est difficile de prévoir la demande d’un vaccin, quel qu’il soit, car certaines personnes le refusent et certains comportements sont irrationnels.

Il affirme que lors de l’épidémie de grippe H1N1 en 2009, c’est la mort d’un garçon de 13 ans en Ontario qui a déclenché une vague d’intérêt des Canadiens pour le vaccin antigrippal.

Une sphère bleue et turquoise.

Une illustration du virus de la grippe.

Photo : Radio-Canada

Les gens ont paniqué, et tout d’un coup, il y a eu de longues files d’attente et une pénurie de vaccins, raconte M. Furness. Comment peut-on prévoir cela? On ne le peut pas.

En novembre 2009, le Nouveau-Brunswick a lancé des cliniques de vaccination de masse, et l’arrivage de 80 000 doses par semaine était enregistré dans la province.

Le printemps suivant, lorsque la Santé publique rédigeait son bilan sur cette campagne, elle faisait état d’un taux de vaccination de 65 %.

Le virus H1H1 en perles.

Une représentation en perle de la grippe H1N1.

Photo : Ruth Cuthand

Selon le Dr Colin Furness, il est difficile de dire quelle sera l'incidence de la COVID-19 sur la réaction du public cette fois-ci.

C’est peut-être le moment où des personnes qui ne se feraient pas vacciner normalement vont se dire : ''OK, j’ai peur cette année. Je vais me faire vacciner'', dit-il.

M. Furness croit que l’approche de l’hiver, la situation globale de la pandémie et la deuxième vague de COVID-19 fait en sorte qu’attraper la grippe cette année serait certainement horrible.

Nous sommes en guerre. Utilisons tout ce que nous avons pour gagner. Le vaccin contre la grippe en fait partie.

Dr Colin Furness, épidémiologiste
Une image de synthèse d'un bétacoronavirus comme celui causant la COVID-19.

Une image de synthèse créée par Nexu Science Communication et le Trinity College de Dublin montrant un bétacoronavirus comme celui causant la COVID-19.

Photo : Reuters / Nexu Science Communication et le Trinity College

De son côté, Kevin Duplisea s’attend à un taux de participation élevé. Selon ce dernier, les citoyens des provinces maritimes se sentent impuissants depuis plusieurs mois et voudront faire quelque chose.

Quel est le vaccin de l’année?

Cette année, le programme de vaccination contre la grippe est gratuit pour tous les résidents du Nouveau-Brunswick et il comprend deux produits.

Conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, les produits Flulaval® Tetra (GSK) et Fluzone® Quadrivalent (Sanofi) protègent respectivement contre quatre souches de grippe.

La province a également commandé le FLUZONE® à haute dose (Sanofi). Il ne sera proposé qu’aux personnes âgées de 65 ans et plus vivant dans des établissements de soins de longue durée.

La commande complète de plus de 400 000 vaccins n’arrivera pas d’un seul coup. On s’attend plutôt à ce que quatre livraisons soient échelonnées sur plusieurs semaines.

Les hôpitaux seront les premiers à recevoir les vaccins.

Avec les informations de Rachel Cave de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !