•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tests de dépistage dès vendredi dans des pharmacies ontariennes

Une technicienne en tenue de protection effectue un test en laboratoire.

Le temps d'attente pour subir un test a augmenté en Ontario, à mesure que le nombre de nouvelles infections progresse.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Les Ontariens asymptomatiques pourront subir un test de dépistage de la COVID-19 dans jusqu'à 60 pharmacies ontariennes à partir de vendredi

Le premier ministre Doug Ford en a fait l'annonce mercredi, dans une pharmacie de Hunstville. Il avait déclaré, au cours des dernières semaines, que des négociations étaient en cours avec Shoppers Drug Mart, puis avec d'autres chaînes et des pharmaciens indépendants.

D'autres pharmacies s'ajouteront au cours des prochaines semaines.

Les gens qui ont des symptômes du coronavirus devront toujours se rendre à un centre de dépistage pour subir le test.

Depuis que le nombre de nouvelles infections s'est mis à augmenter rapidement en Ontario, les files d'attente pour subir un test s'allongent considérablement dans les centres de dépistage.

Mercredi, la santé publique a recensé 355 nouvelles infections. Plus de 48 000 tests ont été effectués, ce qui se rapproche de l'objectif de 50 000 tests par jour.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Le premier ministre Ford, qui se montrait conciliant envers Ottawa depuis quelques mois, a dénoncé les délais d'approbation du test de dépistage par la salive, qui est notamment plus facile à utiliser avec les enfants.

Je suis frustré, et c'est peu dire, a-t-il lancé au cours de la conférence de presse, en répétant à maintes reprises qu'il n'obtenait pas de réponse de Santé Canada.

Le premier ministre Doug Ford en conférence de presse dans une pharmacie.

Doug Ford pense que la possibilité de passer un test en pharmacie aidera à réduire l'attente dans les centres de dépistage.

Photo : Radio-Canada

Si vous me disiez que le test ne sera pas approuvé avant deux mois, au moins nous saurions à quoi nous en tenir et nous pourrions aller de l'avant [...] Jamais je n'aurais cru que ça prendrait des mois pour avoir accès au test avec la salive, a déclaré M. Ford.

Ce dernier souligne que le test a été approuvé pour utilisation dans d'autres régions du monde.

Trois hôpitaux torontois sont d'ailleurs prêts à utiliser le test de dépistage par la salive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !