•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse de 15 % des signalements traités à la DPJ de la Côte-Nord

Une pancarte jaune sur laquelle il est inscrit "attention à nos enfants c'est peut-être... le vôtre".

26 % des signalements à la DPJ ont été retenus sur la Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

4076 signalements ont été faits en 2019-2020 sur la Côte-Nord auprès de la Direction de la protection de la jeunesse, soit une augmentation de 15 % par rapport à l'an dernier.

Cela représente en moyenne 11 situations signalées chaque jour, soit une augmentation de 1,56 cas par jour par rapport à l’an dernier. Cette hausse est également plus élevée que celle observée dans l'ensemble de la province.

Toutefois, alors que plus du tiers des signalements à la DPJ sont retenus en moyenne au Québec (36,8 %), sur la Côte-Nord, le quart des signalements (25,9 %) l'ont été au cours de la dernière année.

La problématique principale des signalements retenus par la DPJ de la Côte-Nord est la négligence, qui représente 27,6 % des cas.

Le risque sérieux de négligence liée à la toxicomanie, à la santé mentale ou à l’instabilité (19,6 %), les mauvais traitements psychologiques (17,3 %) et les abus physiques (16,7 %) sont les autres causes importantes des signalements retenus.

Adolescents judiciarisés surreprésentés

Bien qu’il ait diminué de 8,2 % depuis l’an dernier, le nombre d’adolescents ayant reçu des services dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) est également élevé sur la Côte-Nord par rapport à l'ensemble du Québec.

190 adolescents nord-côtiers y ont eu accès, soit plus de 2,1 % des bénéficiaires québécois, bien que les mineurs nord-côtiers ne forment que 1,1 % de la jeunesse québécoise.

Pas de commentaires du CISSS

Contrairement aux autres CISSS de l’Est-du-Québec, celui de la Côte-Nord n’a pas organisé de conférence de presse pour présenter le bilan annuel de sa DPJ mercredi. Il a également refusé notre demande d'entrevue.

Une situation exceptionnelle, indique l’organisation, qui précise toutefois qu’un bilan régional devrait avoir lieu ultérieurement, dès que la situation nous le permettra.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !