•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme de Moncton réfute des allégations de liens à un groupe Facebook néonazi

Une photo de Charles Burrell.

Charles Burrell est le fondateur de Humanity Project.

Photo : Vanessa Blanch / CBC

Radio-Canada

Le fondateur d’un organisme à but non lucratif (OBNL) de Moncton considère qu’il n’a pas d’excuses à présenter après que le Réseau canadien Anti-Hate a révélé qu’il aimait la page Facebook d’un groupe haineux connu.

Charles Burell, le fondateur de Humanity Project, un organisme qui vient en aide aux personnes sans-abri, confirme qu’il a aimé une page appartenant à The Northern Guard, il y a trois ans de cela.

Le Réseau canadien Anti-Hate, qui surveille des groupes haineux, qualifie The Northern Guard degroupe militant antimusulman ayant des liens néonazis.

Le 17 septembre, le Réseau publiait un article web sur les rapports entre Charles Burrell et The Northern Guard, après avoir constaté que le groupe appuyait un projet de Humanity Project. Il s’agit du projet de construction de petites maisons sur une ferme près de Salisbury pour des personnes souffrant de toxicomanie et de problèmes de santé mentale.

Selon le Réseau canadien Anti-Hate, Charles Burrell est un participant actif dans un groupe Facebook privé de The Northern Guard.

Relation superficielle

Charles Burrell assure de son côté que sa relation avec le groupe est, au mieux, superficielle. Il dit avoir aimé la page, il y a des années, sans trop y penser lorsqu'un ami, Nick Gallant, membre de The Northern Guard, lui a envoyé une invitation sur Facebook.

Cliquer sur un bouton j’aime sur Facebook, ou cliquer sur un bouton sur Internet est très différent que d’adopter un style de vie , se défend Charles Burrell.

J'ai constaté l'autre jour que je suis aussi sur une page où les membres croient que la Terre est plate, mais je suis sûr que la Terre est ronde, ajoute-t-il.

Xénophobe et antimusulman

Evan Balgord, directeur général du Réseau canadien Anti-Hate, affirme que The Northern Guard est une ramification des Sons of Odin, un groupe néonazi originaire de Finlande.

Evan Balgord en appel vidéo.

Evan Balgord est le directeur général du réseau canadien Anti-Hate

Photo : Radio-Canada

The Northern Guard n'a pas été si différente, à la base, son ADN est xénophobe, antimusulman et c'est ce que vous verrez si vous êtes un peu à l'intérieur de leurs pages Facebook privées , soutient M. Balgord.

Non convaincu

Charles Burrell souligne qu'il ne se souvenait même pas qu'il avait aimé la page jusqu'à ce que la controverse éclate. Il ajoute qu’il n'est toujours pas convaincu que [The Northern Guard] soit même raciste.

Quand je suis allé sur leur page, poursuit-il, et que j'ai commencé à regarder, je n'ai honnêtement rien vu de raciste. J'ai vu plusieurs mèmes amusants et d'autres choses.

Charles Burrell a rappelé que The Northern Guard ne joue aucun rôle à Humanity Project. M. Burrell affirme toutefois qu'il ne peut pas être tenu responsable de ceux qui recueillent des fonds pour son travail ou de ceux qui partagent les publications de l’organisme sur les réseaux sociaux.

Il ajoute qu'il craint à présent que l’article du Réseau Anti-Hate ait un effet négatif et qu'il dissuade certaines personnes à solliciter de l’aide à Humanity Project.

Je sers les gens qui viennent ici tous les jours et qui sont musulmans, a déclaré Charles Burrell.

The Humanity Project bénéficie de subventions de la Ville de Moncton.

Evan Balgord reconnaît pour sa part le travail de Humanity Project et que son intention n’était pas d’attaquer Charles Burrell personnellement.

Par ailleurs, il met en garde l’organisme. Selon M. Balgord, les groupes haineux contribuent à des projets de service pour blanchir leur image et recruter des personnes vulnérables.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !